ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEURS ET
PROFESSIONNELS

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos bulletins d’information. Vous ne recevrez pas de courriels de partenaires commerciaux et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

La majorité des startup québécoises sont en meilleure position qu’avant la pandémie

Publié le 6 juil 2021
par Patrick Pierra

[Source: Unsplash]

  • Les jeunes pousses québécoises semblent avoir remarquablement bien résisté à la pandémie, si on en croit le sondage Baromètre startup du Mouvement des accélérateurs d’innovation du Québec (Main). 
  • 57% des startups sondées jugent aujourd’hui que leur situation est meilleure qu’avant la pandémie. 22% estiment au contraire que leur situation est pire et 21%, qu’elle n’a pas changé.

C’est un renversement complet par rapport aux premières semaines de la crise. 

  • Fin avril 2020, seuls 14% s’estimaient en meilleure position qu’avant le début de la crise alors que 32% s’estimaient plutôt dans une situation pire.

Ce qui a aidé les entreprises en démarrage à traverser la crise:

  • Les aides gouvernementales: 68% ont eu recours à des mesures d’aide financière du gouvernement fédéral et 55%, à des mesures d’aide du gouvernement québécois.
  • Le soutien de leurs investisseurs: 56% indiquent qu’au moins un investisseur leur a apporté un soutien essentiel pendant la crise.
  • L’opportunisme et la capacité d’adaptation: dès avril 2020, 59% avaient trouvé une occasion d’affaires en lien avec la crise et, 3 mois plus tard, 64% disaient qu’elles offraient une solution à un des enjeux de la crise.

53% des jeunes pousses ont été transformées par la pandémie:

  • Dès juin 2020, 11% jugeaient que la Covid-19 «avait tout changé» pour leur organisation, alors que 42% disaient qu’elle avait eu un impact important sur leur organisation.
  • Constat surprenant: plus de startups ont jugé que, somme toute, l’impact de la pandémie sur leur entreprise avait été positif (46%) que négatif (44%).
Patrick Pierra