Alain McKenna

Alain McKenna

Journaliste et chroniqueur Techno à InfoBref

Un des journalistes spécialisés en technologies les plus réputés au Québec, Alain a écrit pour La Presse, Le Journal de Montréal et Les Affaires. Auteur de plusieurs livres, il anime aussi le balado Une Tasse de Tech. Il publie chaque samedi dans InfoBref une chronique de recommandations des Meilleurs produits Techno [pour la recevoir par courriel, abonnez-vous gratuitement en cliquant sur le bouton bleu "Infolettres" en haut à droite]

Sans fil: le CRTC va favoriser de nouveaux fournisseurs, régionaux ou virtuels, pour stimuler la concurrence et faire baisser les prix

Publié le 15 avr. 2021
Sans fil: le CRTC va favoriser de nouveaux fournisseurs, régionaux ou virtuels, pour stimuler la concurrence et faire baisser les prix

(Source: Unsplash)

  • Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications (CRTC) annonce la mise en place de nouvelles mesures pour augmenter la concurrence dans le marché canadien du sans-fil en favorisant l’entrée de nouveaux fournisseurs.
  • L’organisme fédéral veut également que les frais d’itinérance soient plus clairs pour les clients et il impose aux fournisseurs de services sans fil d’offrir un forfait à bas prix.

Le CRTC permettra aux fournisseurs régionaux de devenir des exploitants nationaux de réseaux mobiles virtuels.

  • Les fournisseurs qui investissent dans une infrastructure régionale de réseau mobile et qui détiennent des droits sur certaines fréquences du spectre sans fil – comme Vidéotron – obtiendront un accès aux réseaux sans fil de Bell, Rogers et Telus.

Les fournisseurs régionaux pourront à leur tour revendre à des exploitants entièrement virtuels leur accès aux réseaux nationaux.

Cet accès à l’infrastructure des trois grands devrait multiplier la concurrence partout au pays, croit le CRTC.

Le CRTC supervisera les négociations entourant les tarifs de gros imposés aux fournisseurs virtuels. Les ententes entre les fournisseurs nationaux et les exploitants virtuels devront être d’une durée d’au moins sept ans.

Des forfaits à moindre coût devront être offerts aux consommateurs par tous les fournisseurs.

  • Le prix du forfait postpayé (facturé mensuellement) le moins cher devra être de 15 $ par mois. Il devra inclure au moins 100 minutes d’appels, les textos illimités et 250 mégaoctets de données mobiles par mois.
  • Ces forfaits à bas prix devront être annoncés clairement sur le site web des fournisseurs pour être facilement accessibles par les consommateurs intéressés.

Les frais d’itinérance devront être plus transparents. 

  • Les fournisseurs devront mieux expliquer aux consommateurs les frais qu’ils encourent en changeant de réseau lors de leurs déplacements.
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Revenu Québec fera preuve de souplesse sur la date limite de remise des déclarations d’impôt

Publié le 15 avr. 2021
Revenu Québec fera preuve de souplesse  sur la date limite de remise des déclarations d’impôt

(Image tirée du site de Revenu Québec)

  • Le fisc québécois n’imposera pas de pénalité ni de frais d’intérêt à ceux qui remettront leur déclaration d’impôt pour l’année 2020 avant le 31 mai prochain, soit un mois après la limite officielle du 30 avril. 
  • Le ministre des Finances Éric Girard a indiqué qu’il avait demandé à Revenu Québec d’étirer la période de remise pour «tenir compte des difficultés que peut engendrer la situation sanitaire actuelle pour certains citoyens». Le gouvernement fédéral n’a pas dit s’il allait emboîter le pas.

CE JEUDI en rafale

Publié le 15 avr. 2021
CE JEUDI en rafale

(Photo F1)

  • Grand Prix de Montréal: la santé publique de Montréal recommande d’annuler l’événement qui doit avoir lieu le 13 juin prochain, alors que la santé publique du Québec avait autorisé sa tenue à huis clos – la santé publique fédérale doit encore se prononcer sur la période de quarantaine. 
  • Shopify vit une période de transition majeure avec le départ de trois de ses sept principaux gestionnaires, qui étaient tous en poste depuis plus de six ans, ils s’ajoutent au départ de dix autres hauts dirigeants survenus au cours de la dernière année.
  • Le prix des immeubles résidentiels – maisons unifamiliales, en rangée et copropriétés – a continué de battre des records au Canada en mars, atteignant un prix de vente national moyen de 716 828 $, soit une hausse de 32% par rapport à mars 2020, selon l’Association canadienne de l’immeuble (ACI).
  • Montréal investit 80 millions $ pour construire 3500 logements sociaux; ces projets seront réalisés avec le programme AccèsLogis Québec, en collaboration avec le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation et la Société d’habitation du Québec (SHQ).
  • Bilan Covid: 1513 nouveaux cas ont été enregistrés au cours des dernières 24 h. 661 Québécois sont actuellement hospitalisés, soit 1 de plus qu’hier.
  • Le ministre de la Santé Christian Dubé estime que la vaccination pourrait être ouverte à tous les Québécois «vers la fin mai».
  • Les ventes au détail ont augmenté de 9,8% aux États-Unis en mars, par rapport au mois précédent, un rebond significatif puisque les analystes s’attendaient à une hausse sous les 6%.

Investir 100 milliards $ dans la relance de l’économie canadienne, est-ce vraiment nécessaire?

Publié le 14 avr. 2021
Investir 100 milliards $ dans la relance de l’économie canadienne, est-ce vraiment nécessaire?

Justin Trudeau (Source: PLC)

  • La vive reprise économique depuis l’automne a permis au Canada de revenir à 80% du niveau d’emploi et à plus de 95% du niveau d’activité économique d’avant la pandémie. Dans ces circonstances, il peut apparaître moins indispensable d’adopter un ambitieux plan de relance pour l’ensemble du pays.
  • Moins d’une semaine avant la publication par le gouvernement Trudeau de son budget pour l’exercice 2021-2022, des économistes se demandent s’il ne serait pas plus sage de réduire les dépenses – et surtout, l’endettement – du gouvernement fédéral.

L’économie canadienne n’est pas si mal en point, avancent des observateurs.

  • L’aide d’urgence fédérale dès les premières semaines de la pandémie a bien soutenu l’économie nationale. Faut-il s’endetter encore plus maintenant que la crise semble s’estomper?
  • Les effets du méga-plan de relance des États-Unis pourraient suffire à pousser le PIB canadien au-delà de son niveau d’avant la pandémie.

Le Canada peut s’endetter à faible coût présentement. Alors que des rumeurs d’élections hâtives s’intensifient, les libéraux pourraient voir un avantage électoral à adopter un budget très généreux.

  • «Évitons de trop stimuler l’économie», a averti plus tôt cette semaine le PDG de la Banque Royale David McKay, à l’occasion d’une table ronde avec les médias. «Voyons comment l’économie se remet de la crise, puis réagissons rapidement si les choses ne se produisent pas comme prévu.»
  • Le patron de la RBC croit que les taux d’intérêt historiquement bas et l’épargne record accumulée par les Canadiens depuis un an suffiront à ranimer l’économie, sans qu’Ottawa ait besoin d’endetter davantage le pays.
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Le fabricant montréalais de chargeurs pour véhicules électriques Dcbel lève 40 millions $ pour vendre sa technologie aux États-Unis

Publié le 14 avr. 2021
Le fabricant montréalais de chargeurs pour véhicules électriques Dcbel lève 40 millions $ pour vendre sa technologie aux États-Unis

(Source: Dcbel)

  • Fondée en 2015, la société a commencé à la fin de l’an dernier à vendre un chargeur rapide pour la maison. Ce chargeur, de niveau 3, peut transformer l’énergie solaire en courant électrique allant directement dans la batterie du véhicule.
  • Une autre particularité du chargeur de Dcbel est qu’il peut aussi fonctionner en sens inverse: en cas de panne de courant, il peut alimenter un logement ou une maison à partir de l’énergie stockée dans la pile d’un véhicule électrique compatible.

Mal en point, le fabricant japonais de produits électroniques Toshiba pourrait intéresser un acquéreur canadien

Publié le 14 avr. 2021
  • Le président de Toshiba a démissionné hier, une semaine après la réception par le fabricant japonais d’une offre d’achat de la firme d’investissement européenne CVC Capital pour la somme de 21 milliards $US.
  • Selon les experts, d’autres acquéreurs pourraient faire une surenchère pour mettre la main sur la société japonaise fondée il y a plus de 150 ans. Une source anonyme citée par l’agence Bloomberg indique que la firme d’investissement torontoise Brookfield Asset Management (TSX: BAM) ferait partie des acquéreurs potentiels.

La startup montréalaise Crewdle lance un ingénieux service d’appels vidéo pour rivaliser avec Zoom et Microsoft Teams

Publié le 14 avr. 2021
La startup montréalaise Crewdle lance un ingénieux service d’appels vidéo pour rivaliser avec Zoom et Microsoft Teams

Pierre Campeau et Vincent Lamanna, de Crewdle (photo: Crewdle)

  • Le service de Crewdle n’exige aucune installation de logiciel sur le poste de travail de ses utilisateurs. Il utilise un protocole pair-à-pair (P2P) qui ne requiert aucun serveur central pour fonctionner.
  • Fondée par les entrepreneurs montréalais Vincent Lamanna et Pierre Campeau, l’entreprise lance officiellement cette semaine un service web et mobile accessible gratuitement par les particuliers et sur abonnement par les entreprises.

Crewdle compte sur la technologie P2P pour se démarquer des services américains plus connus.

  • Elle évite d’avoir à passer par un serveur centralisé où les données pourraient être plus facilement interceptées par des gens aux intentions malveillantes.
  • La communication vidéo est aussi chiffrée de bout en bout, ce qui doit assurer la confidentialité des échanges.

L’entreprise a vu le jour à la fin de l’an dernier grâce à du financement privé provenant à la fois du Canada et de la Silicon Valley, aux États-Unis.

  • «La technologie de communication pair-à-pair permet d’offrir une alternative sécurisée, écologique et facile à utiliser», assure par communiqué Vincent Lamanna.
  • «Avec le confinement en 2020, c’était l’occasion de proposer cette nouvelle façon de collaborer.» 
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

AFFAIRES en rafale

Publié le 14 avr. 2021
AFFAIRES en rafale

(Source: Unsplash)

  • Les producteurs canadiens d’œufs et de volaille lésés par l’accord de libre-échange Partenariat transpacifique, auquel participe le Canada, recevront d’Ottawa 630 millions $ sur dix ans pour moderniser leurs opérations et être plus compétitifs face à la concurrence étrangère.
  • Spectra Premium et Dana TM4, deux fabricants de composants automobiles ayant des installations au Québec, reçoivent 13 millions $ du gouvernement provincial pour produire et commercialiser un groupe propulseur électrique destiné à la conversion de véhicules commerciaux à moteur thermique.
  • WestJet négocie avec le gouvernement fédéral pour un plan d’aide similaire à celui obtenu par son rival Air Canada, ce qui pourrait mener à une prise de participation d’Ottawa dans le transporteur de Calgary.
  • Le déficit commercial international de marchandises du Canada a plus que doublé entre 2019 et 2020 pour s’établir à 37,3 milliards $ l’an dernier, rapporte Statistique Canada.

Hydro-Québec pourra commencer cet été à construire sa ligne vers le Massachusetts

Publié le 14 avr. 2021
Hydro-Québec pourra commencer cet été à construire sa ligne vers le Massachusetts
  • Le gouvernement Legault autorise la construction de la partie québécoise de la ligne d’interconnexion Appalaches-Maine qui permettra à Hydro-Québec de se connecter au réseau New England Clean Energy Connect dans le Maine. Il ne manque plus que de l’accord de la Régie de l’énergie du Canada – que la société d’État attend avant l’été.
  • Le coût de cette ligne est évalué à 600 millions $. Sa mise en service est prévue pour le printemps 2023, dans le cadre d’une entente d’approvisionnement par laquelle Hydro-Québec vendra à l’État du Massachusetts 9,45 térawatts-heure d’hydroélectricité par an pendant 20 ans.

CE MERCREDI en rafale

Publié le 14 avr. 2021
CE MERCREDI en rafale

(Photo Coinbase)

  • Coinbase (Nasdaq: COIN) est entrée en bourse avec succès aujourd’hui: son titre a rapidement grimpé de 70% avant de redescendre vers 350$US, une valeur tout de même 40% supérieure au prix d’introduction de 250$US qui en a fait, en valeur, la nouvelle inscription boursière par une entreprise américaine la plus importante de tous les temps.
  • François Legault revient sur l’obligation de porter le masque à l’extérieur: il est finalement obligatoire seulement dans les situations où il est «difficile de respecter en tout temps la distance de deux mètres» avec des personnes n’habitant pas à la même adresse.
  • Bilan Covid: 1559 nouveaux cas enregistrés au cours des dernières 24h. 660 Québécois sont actuellement hospitalisés, soit 17 de plus qu’hier.
  • Les banques américaines démarrent l’année en force: JP Morgan Chase, Goldman Sachs et Wells Fargo, trois des plus grandes banques américaines, ont obtenu au premier trimestre des résultats financiers conformes ou supérieurs aux attentes des analystes.
  • Joe Biden a confirmé ce matin le retrait de l’ensemble des troupes américaines d’Afghanistan d’ici le 11 septembre, 20e anniversaire des attentats du 11 septembre 2001.
  • Bernard Madoff est décédé: le célèbre escroc américain derrière la plus importante fraude financière pyramidale (de type Ponzi) est mort de causes naturelles dans le pénitencier du Caroline du Nord où il était détenu depuis 2009.
  • Haïti: le premier ministre Joseph Jouthe démissionne, après seulement un an à son poste. Il était le sixième premier ministre en quatre ans.

Le PDG de la Banque Scotia propose à Ottawa d’augmenter l’allocation pour enfants à 20 000 $

Publié le 13 avr. 2021
  • Brian Porter propose trois mesures, qui ont été analysées par la Scotia, pour que la croissance économique du Canada ne retombe pas sous la barre des 2% annuellement, soit son rythme moyen de croissance des 20 dernières années.
  • Ces mesures sont: hausser l’allocation pour enfants de 8000 à 20 000 $ par an; égaler la somme qu’investissent les entreprises pour moderniser leur équipement; et mettre fin une fois pour toutes aux barrières tarifaires interprovinciales.

L’autorité financière américaine serre la vis aux populaires sociétés d’acquisition à vocation spécifique

Publié le 13 avr. 2021
L’autorité financière américaine serre la vis aux populaires sociétés d’acquisition à vocation spécifique

(Source: Unsplash)

  • La Securities and Exchange Commission (SEC) resserre les pratiques comptables qui encadre les sociétés d’acquisition à vocation spécifique (SAVS, ou SPAC en anglais) pour que leurs états financiers reflètent mieux les droits de leurs principaux actionnaires.
  • Ce changement de règle comptable pourrait ralentir la vague des SAVS qui déferle sur Wall Street depuis l’an dernier.

Les bons de souscription qui sont remis aux premiers actionnaires des SAVS font tout particulièrement tiquer la SEC.

  • Ces bons de souscription (warrants) accordent aux investisseurs le droit d’acheter à un prix fixé d’avance un certain nombre d’actions de la société une fois qu’elle aura trouvé une entreprise à acquérir.
  • Jusqu’ici, ces bons étaient considérés comme des titres de propriété de l’entreprise (equity instruments).
  • La SEC change ce statut et considère désormais les bons de souscription comme un passif, une obligation financière de la SAVS, dont elle doit recalculer la valeur chaque trimestre.

Ce changement comptable oblige les entreprises qui comptaient s’inscrire en bourse comme SAVS aux États-Unis à refaire leurs états financiers.

  • Cela pourrait affecter plusieurs centaines de sociétés.
  • Il est également possible que des SAVS déjà cotées en bourse doivent refaire leurs états financiers passés.

Cette modification est un casse-tête pour les avocats et les comptables qui sont mandatés par les sociétés pour assurer leur conformité aux normes de la SEC, disent à l’agence Bloomberg des sources proches de la SEC.

  • À tel point que cela pourrait décourager des entreprises privées de recourir à une SAVS, plutôt qu’à un premier appel public à l’épargne, pour s’inscrire en bourse.
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus