CDPQ

Nouvelles, données, résultats financiers, investissements, transactions et tendances liés à la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) et sa filiale CDPQ Infra [voir aussi: Acquisitions, Aides financières, Bourse, Capital de risque et de développement, Finance durable, Investissement, Politique économique, REM Réseau express métropolitain, Technologies propres, Technos québécoises, Startup]

La firme montréalaise Lemay reprend le mandat d’architecture du projet de REM de l’Est au centre-ville de Montréal

Publié le 4 mai 2021
La firme montréalaise Lemay reprend le mandat d’architecture du projet de REM de l’Est au centre-ville de Montréal

(Image CDPQ Infra)

  • La nomination de Lemay a été officialisée cet après-midi, en même temps que la création d’un comité d’experts indépendants qui supervisera l’intégration urbaine du REM de l’Est – projet controversé parce qu’il sera largement en extérieur. Lemay sera un sous-traitant de la division infrastructure de la Caisse de dépôt et placement du Québec. 
  • Entre 2014 et 2017, la CDPQ a investi 15 millions $ dans cette firme d’architecture. Récemment, Marc Choquette, ancien associé chez Lemay, a été nommé au poste de directeur, architecture et intégration urbaine à la CDPQ Infra. L’organisation a dit qu’il n’y avait aucun lien entre cette nomination et le mandat donné à Lemay.

La Caisse de dépôt se dit prête à vendre ses placements dans ses entreprises qui ne paient pas leur juste part d’impôt

Publié le 28 avr. 2021
  • C’est ce qu’a indiqué Charles Émond, PDG de la Caisse de dépôt et placement du Québec, lors d’une comparution à l’Assemblée nationale. La Caisse surveille notamment depuis trois ans huit entreprises qui semblent payer moins d’impôt qu’elles le devraient. Elle ne veut pas en dévoiler les noms. 
  • À la fin de l’année dernière, la Caisse était actionnaire d’une centaine d’entreprises qui payaient moins que 15% d’impôt. L’institution détient des parts de plusieurs grandes entreprises québécoises, dont les taux d’imposition effectifs ont varié d’environ 2% pour Power Corporation à environ 27% pour Saputo.

Une coentreprise de la Caisse de dépôt et du Régime de retraite des enseignants de l’Ontario achète un assureur américain pour 1 milliard $US

Publié le 24 mars 2021
  • Établie à New York, Constellation Insurance Holdings conclut ainsi sa première transaction. Elle acquiert Ohio National Mutual Holdings, un assureur qui gère des actifs de 41 milliards $US et qui a une présence dans 49 États américains.
  • Constellation est une société de portefeuille appartenant à parts égales à la Caisse de dépôt et placement du Québec et au fonds ontarien Teachers. Son objectif est de faire des acquisitions dans le marché nord-américain de l’assurance, qui est présentement en phase de consolidation.

Repères numériques: la Caisse veut aider cinquante PME québécoises à prendre le virage numérique

Publié le 10 mars 2021
Repères numériques: la Caisse veut aider cinquante PME québécoises à prendre le virage numérique

(Source: Unsplash)

  • La Caisse lance un programme de formation et d’accompagnement pour aider des PME québécoises déjà établies à implanter «une culture d’affaires numérique». 
  • Appelé Repères numériques, ce programme d’une durée d’un an concerne notamment la vente en ligne, l’amélioration de la productivité et la formation continue des employés. 

«La technologie ne doit pas se limiter à un secteur, mais elle doit se déployer dans l’ensemble de l’organisation», indique Kim Thomassin, première vice-présidente, cheffe des Placements au Québec et de l’Investissement durable de la CDPQ, dans un communiqué présentant le programme.

Les PME intéressées doivent avoir un chiffre d’affaires entre 5 et 35 millions $ et être rentables et en croissance.

Chaque entreprise sélectionnée par la Caisse obtiendra un plan d’action sur mesure basé sur ses propres objectifs et comprenant:

  • des ateliers, des conférences et des classes de maîtres portant sur les technologies numériques en entreprise;
  • l’accès à un coach d’affaires qui aidera l’entreprise à élaborer un plan d’action pour effectuer un virage numérique; et
  • des outils d’évaluation et de mesure des résultats en fin de parcours.

La Caisse dit avoir sondé plusieurs PME avant d’élaborer le contenu de ce programme.

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

La Caisse poursuit sa diversification géographique et sectorielle en faisant deux investissements importants en Asie

Publié le 5 mars 2021
La Caisse poursuit sa diversification géographique et sectorielle en faisant deux investissements importants en Asie

(Source: CDPQ)

  • Ivanhoé Cambridge, la filière immobilière de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) investit 500 millions $US dans un projet de construction d’immeubles commerciaux dans le sud de l’Inde.
  • Par ailleurs, conjointement avec la firme DP World de Dubaï, la Caisse s’est entendue avec un conglomérat indonésien pour investir jusqu’à 1,2 milliard $US dans un projet de port à conteneurs et de parc industriel de calibre international qui doivent être construits dans la province indonésienne du Java oriental.

La Caisse de dépôt et placement du Québec a obtenu un rendement de 7,7% en 2020

Publié le 25 fév 2021
La Caisse de dépôt et placement du Québec a obtenu un rendement de 7,7% en 2020

(Source: CDPQ)

  • C’est 1,5% de moins que l’indice de référence auquel la Caisse compare sa performance. Mais c’est un net progrès par rapport au rendement de -2,3% que la Caisse affichait après les six premiers mois de l’année.
  • Le rendement du portefeuille immobilier de la Caisse a été de -15,6%, ce qui explique sa légère sous-performance globale l’an dernier. Sur 5 ans, le rendement annuel global de la Caisse demeure toutefois légèrement supérieur à celui de son indice de référence: 7,8% contre 7,6%.

Analyse POLITIQUE

Métro, tramway, REM: Legault veut satisfaire les banlieues

Publié le 19 fév 2021
Bernard Descôteaux
par Bernard Descôteaux
Métro, tramway, REM: Legault veut satisfaire les banlieues

Maquette du tramway de Québec (image Ville de Québec)

  • Signe que les temps changent, les grands investissements publics en infrastructure des prochaines décennies favoriseront le transport en commun. Québec aura son tramway, tandis qu’à Montréal le REM étendra ses tentacules à l’Est, à Laval et sur la Rive-Sud.
  • Les premiers concernés par le développement de ces projets, les municipalités, doivent se plier aux volontés du gouvernement en place à Québec, au nom d’intérêts dits supérieurs et aux connotations électoralistes.

Le maire de Québec, Régis Labeaume, l’avait peut-être oublié, mais le véritable patron des municipalités est le premier ministre du Québec. Comme le veut l’expression, elles ne sont que «les créatures des provinces». 

«Who pays the piper calls the tune», lui a rappelé François Legault qui entend modifier le tracé du projet de tramway conçu par la ville. Après tout, ce projet de près de 3,3 milliards $ est financé pour l’essentiel par le gouvernement du Québec et le gouvernement fédéral.

Le reproche fait au maire Labeaume est de ne pas avoir intégré à son projet certaines des banlieues de sa ville.

  • Des promesses électorales leur avaient été faites en 2018.
  • Le parti ministériel veut les tenir.

Cette rebuffade est offensante pour le maire Labeaume, comme pour tous les élus municipaux.

Qui mieux qu’eux connaissent les besoins de leurs concitoyens, et peuvent le mieux planifier l’aménagement de leur territoire? C’est ce que croyait avoir bien fait la ville de Québec qui planche sur ce projet depuis des années.

Le sort réservé au maire de Québec n’est pas différent de celui des maires de la région métropolitaine de Montréal à qui échappe le développement du Réseau express métropolitain.

La planification et le développement du REM appartiennent à la Caisse de dépôt et placement via sa filiale CPDQ Infra. Son seul interlocuteur est le gouvernement du Québec.

L’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM), récemment créée pour planifier et organiser le transport en commun de la grande région de Montréal, n’a rien à dire. Elle doit s’adapter aux décisions de CPDQ Infra.

Découvrez les autres analyses politiques de Bernard Descôteaux, ancien directeur du Devoir, publiées un samedi sur deux dans InfoBref Matin [pour les recevoir par courriel, avec chaque jour l’essentiel des nouvelles Affaires, Politique et Techno, inscrivez-vous gratuitement à nos infolettres]

Le pouvoir donné à CPDQ Infra est considérable.

  • Le développement des grands axes de transport orientera pour des décennies le développement du territoire et son aménagement.
  • C’est ainsi que la construction des autoroutes desservant Montréal a favorisé par le passé le développement des banlieues.

Des projets de prolongement du REM à Laval et à Longueuil et sur la Rive-Sud dans un axe est-ouest sont à l’étude présentement à la demande à la demande du gouvernement Legault.

S’ils se réalisent, ils conforteront le développement des couronnes au détriment de la ville-centre. L’étalement urbain se poursuivra.

La logique qui sous-tend la volonté du gouvernement Legault de favoriser les banlieues répond à une double réalité, ce autant à Québec qu’à Montréal:

  • Leur densité de population justifie des investissements importants pour régler des problèmes sérieux de congestion des routes et des ponts.
  • Ses habitants sont aussi des électeurs sensibles à la capacité de leurs élus à tenir leurs promesses.

Or, il se trouve que ce sont ces banlieues qui ont permis à la CAQ de former un gouvernement majoritaire en 2018. Leurs citoyens ont alors cru à ses promesses et, lors de la prochaine élection, ils voudront voir que les choses progressent comme promis.

Pour recevoir l’analyse politique de Bernard Descôteaux un samedi sur deux dans votre courriel: abonnez-vous gratuitement ici au bulletin de nouvelles quotidien InfoBref Matin

En savoir plus En savoir plus

Desjardins, la Caisse de dépôt et plusieurs autres investisseurs s’engagent à plus de diversité et d’inclusion dans la finance canadienne

Publié le 1er oct. 2020
  • 31 institutions canadiennes gérant 2300 milliards $ d’actifs reconnaissent «l’existence du racisme systémique et ses répercussions sur les communautés noires, autochtones et de couleur».
  • À travers la Déclaration des investisseurs canadiens sur la diversité et l’inclusion qu’elles viennent d’adopter, ces institutions promettent d’en faire plus au sein de leur organisation ainsi qu’auprès des entreprises présentes dans leurs portefeuilles.