Bitcoin

Nouvelles et tendances concernent le bitcoin (voir aussi Bourse, Cryptomonnaies,
Cybersécurité, Innovation, Monnaie numérique)

Les mineurs canadiens de bitcoins sortent gagnants de la répression en Chine

Publié avant-hier
Les mineurs canadiens de bitcoins sortent gagnants de la répression en Chine

(Source: Unsplash)

  • Depuis que le gouvernement chinois a intensifié sa répression de l’extraction et de l’utilisation de cryptomonnaies, le Canada a vu sa part du minage de bitcoins augmenter en août à près de 10% de la production mondiale, selon des données de l’Université Cambridge, en Angleterre.  
  • En août 2020, le Canada produisait moins de 2% des bitcoins et occupait le 8e rang des producteurs à l’échelle mondiale. Un an plus tard, il se hisse au 4e rang mondial. 

La Chine produisait 67% des bitcoins avant que le gouvernement de Pékin se livre en juillet à une intensive répression à l’égard des cryptomonnaies sur son territoire.

Le Canada a comblé une partie du vide laissé par la Chine. 

Le Canada dispose d’atouts pour produire des cryptomonnaies.

  • L’électricité y est abondante et le climat plus froid nécessite moins d’énergie pour refroidir les ordinateurs nécessaires au minage du bitcoin

Mais cette industrie ne fait pas l’unanimité. 

  • Certaines municipalités du Québec l’interdisent sur leur territoire.

Les États-Unis sont désormais le premier producteur de bitcoins dans le monde, avec un peu plus du tiers de la production mondiale. 

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Les autorités financières canadiennes rappellent à l’ordre les services de transaction de cryptomonnaies

Publié le 26 sept. 2021
Les autorités financières canadiennes rappellent à l’ordre les services de transaction de cryptomonnaies
  • L’intérêt grandissant des investisseurs pour les cryptomonnaies a agrandi le marché pour les plateformes de transaction des cryptos, qui sont de plus en plus nombreuses. Elles rivalisent de tactiques de marketing pour attirer les nouveaux clients.
  • Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM) s’inquiètent de la façon dont plusieurs plateformes font leur promotion. Elles leur rappellent de ne pas mentir sur leur statut, de ne pas laisser croire qu’elles offrent une sécurité qu’elles ne peuvent assurer, et de ne pas encourager leurs clients à prendre des risques.

Les ACVM, dont fait partie au Québec l’Autorité des marchés financiers (AMF), ont publié ces derniers jours un avis adressé aux entreprises qui commercialisent au Canada des services d’achat et de vente de cryptoactifs – une catégorie qui englobe les cryptomonnaies telles que le bitcoin.

Cet avis est une réaction aux exagérations et aux fausses représentations qu’ont constatées les ACVM ces derniers mois dans la façon dont certaines plateformes de transaction de cryptomonnaies se présentent et promeuvent leurs services. (Le document ne nomme aucune plateforme.)

Les ACVM rappellent leurs obligations aux plateformes de transaction de cryptos.

En matière de promotion:

  • Ne pas faire de la «publicité fausse ou trompeuse» et s’assurer que toutes les affirmations que fait la plateforme sont «justes, pondérées et non trompeuses».
  • Éviter les concours, promotions, primes et offres à durée limitée pour inciter les investisseurs à effectuer des opérations et à agir rapidement de peur de rater une occasion d’investissement ou une récompense.
  • Ne pas faire de promotion pour favoriser des opérations «excessivement risquées», ni pousser leurs clients à prendre des risques qu’ils éviteraient normalement.

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles Affaires et Technologies: abonnez-vous aux infolettres quotidiennes d’InfoBref ici ou en cliquant sur le bouton Infolettres en haut à droite.


Dans la façon dont elles se présentent sur leur site ou dans leur application:

  • «Agir avec honnêteté, bonne foi et équité» envers leurs clients.
  • Ne pas laisser croire qu’une plateforme est inscrite comme courtier selon la loi sur les valeurs mobilières alors que ce n’est pas le cas – actuellement, seule Wealthsimple est inscrite; plusieurs autres sont en cours d’inscription mais ne le sont pas encore.
  • Ne pas laisser croire que l’inscription d’une plateforme à titre d’entreprise de services monétaires (money services business) suffit à protéger les intérêts du client – ce type d’inscription n’est pas comparable à celui d’une inscription aux valeurs mobilières.
  • Ne pas promouvoir l’achat de certains produits, ni même de certaines stratégies de négociation, parce que cela pourrait être considéré comme du conseil à leurs clients, et la plateforme devrait alors évaluer si le produit promu convient au client – une obligation que ces plateformes veulent à tout prix éviter.
  • Ne pas faire croire que des transactions sont gratuites ou ne génèrent aucun revenu pour la plateforme, même si la plateforme ne perçoit pas de commission «mais facture plutôt un supplément sur le meilleur prix qu’elle peut obtenir, dégage une marge de profit des opérations (…) ou monétise le flux d’ordres des clients à son avantage, sans fournir à ces derniers d’explication raisonnable du bien-fondé de ces autres formes de rémunération».
Patrick Pierra
En savoir plus En savoir plus

Conseils pour vos FINANCES

Préparez-vous à payer votre impôt sur les bitcoins et cryptomonnaies

Publié le 17 sept. 2021
Fabien Major
par Fabien Major
Préparez-vous à payer votre impôt sur les bitcoins et cryptomonnaies

[Image de Mohamed Hassan | Pixabay]

  • À mesure que les grandes institutions financières intègrent les actifs numériques tels que les cryptomonnaies dans leur inventaire de produits, les agences du revenu précisent leurs directives.
  • Au Canada, les gains en valeur sur la vente de bitcoins et d’autres actifs cryptographiques sont pleinement imposables – de notre vivant, et même après notre décès.

Comme les cryptomonnaies n’ont pas cours légal au Canada, l’Agence de revenu du Canada (ARC) les traite non pas comme de l’argent, mais comme des marchandises aux fins de la loi sur les impôts des particuliers et des sociétés.

  • Si un particulier n’en fait pas son activité principale ni le commerce, ses gains seront considérés comme du gain en capital, imposable à 50%.
  • Mais s’il en fait son activité principale, alors ses gains sont du revenu d’entreprise, pleinement imposable.

Revenons aux cas les plus communs pour les particuliers. Vous allez voir, l’ARC a pensé à tout.

Sortez vos calculettes!

À peu près toutes les transactions en crypto sont considérées comme une disposition, c’est-à-dire une vente de la cryptomonnaie:

  • vendre ou donner des actifs numériques, que ce soit à un proche ou à un inconnu;
  • échanger une cryptomonnaie pour une autre;
  • convertir des cryptos en devise officielle canadienne ou étrangère;
  • les utiliser pour acheter des biens et services.

Toutes ces transactions sont donc imposables si la valeur en dollar canadien de la cryptomonnaie a augmenté depuis que vous l’avez achetée.

Dans toutes ces circonstances, on doit être en mesure de préciser le coût d’acquisition et le prix de disposition.

  • Alors préparez-vous à tenir à jour un tableau Excel détaillé de toutes vos transactions d’achat et de vente, avec dans tous les cas une valeur défendable auprès des autorités fiscales.

L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent les deux bulletins quotidiens d’InfoBref. Essayez-les: abonnez-vous gratuitement ici ou cliquez sur le bouton «Infolettres» en haut à droite


C’est la différence entre le coût d’achat et le prix à la disposition qui constitue le gain en capital imposable.

Si vous achetez un produit ou un service avec une cryptomonnaie, l’ARC considère que vous faites du troc.

  • Dans ce cas, cela pourrait être la valeur en dollars canadiens de ce que vous achetez qui établit la valeur de la cryptomonnaie au moment où vous l’utilisez.

Par ailleurs, l’ARC considère que les achats et ventes de produits et services au moyen d’une cryptomonnaie comme bitcoin, litecoin, dogecoin, ethereum, ripple ou autre vous obligent à payer et gérer les taxes de vente – TPS et TVQ – exactement comme si vous les achetiez en dollars.


­Consultez la section AFFAIRES, argent et carrière d’InfoBref avec nos nouvelles brèves en semaine et, chaque samedi, la chronique Conseils pour vos finances. Pour les recevoir par courriel, abonnez-vous gratuitement à nos infolettres quotidiennes ici ou en cliquant dans INFOLETTRES en haut à droite.


Vous ne les emporterez pas au paradis!

Le décès entraîne, sur le plan fiscal, une disposition de tous les actifs du défunt.

C’est le cas pour les cryptomonnaies, comme pour une résidence secondaire ou les actions d’une société.

Si la juste valeur marchande au moment du décès est supérieure au prix qui a été payé pour acheter la cryptomonnaie, on est en présence d’un gain en capital imposable. 

Exemple: Jean-Martin possédait 2 bitcoins dans son portefeuille numérique.

Il est décédé d’un accident de voiture et sa succession se demande comment calculer l’impôt. 

  • Il est décédé le 10 septembre 2021.
  • À ce moment, le bitcoin valait 45 500 $ américains.
  • Comme, il en détenait 2, ça revient à 96 000 $US, ce qui correspond à environ 122 000 $ canadiens.
  • Il avait acheté ses bitcoins en 2017 pour 6314 $ canadiens au total.
  • Son gain en capital est donc de 115 686 $.
  • La moitié, soit 57 843 $, est imposable.
  • Si le taux d’imposition applicable est de 45%, sa succession aura 26 029 $ en impôt à payer sur les profits réalisés par ses cryptos.

Les cryptomonnaies échappent au contrôle des gouvernements et des banques centrales.

Mais vous, vous n’échappez pas à la fiscalité. Pensez-y.

Pour recevoir la chronique Conseils pour vos finances de Fabien Major chaque samedi dans votre courriel, abonnez-vous gratuitement ici au bulletin de nouvelles quotidien InfoBref Matin

En savoir plus En savoir plus

Le bitcoin plonge le jour où le Salvador lui donne cours légal

Publié le 7 sept. 2021
Le bitcoin plonge le jour où le Salvador lui donne cours légal

(Source: Unsplash)

  • La valeur du bitcoin a plongé hier de 17% jusqu’à 43 050 $US, soit son plus bas niveau en un mois. 
  • Cette chute est survenue le jour même où le Salvador devenait le premier pays au monde à donner cours légal à une cryptomonnaie. 

Jusqu’à hier, le dollar américain était la seule monnaie ayant cours légal au Salvador, un petit pays de 6,5 millions d’habitants en Amérique centrale.

Maintenant, les Salvadoriens peuvent aussi payer leurs dépenses courantes avec un portefeuille numérique, le Chivo. 

  • Chaque Salvadorien qui télécharge ce portefeuille, disponible dans les magasins d’application d’Apple et de Huawei, reçoit un montant en bitcoin équivalent à 30 $US. 
  • Ils peuvent y transférer ou y recevoir des fonds pour ensuite payer des biens, des services et leurs taxes. 

Cette mesure devrait permettre aux Salvadoriens d’économiser 400 millions $US par année en frais de transferts bancaires, espère Nayib Bukele, le président salvadorien, qui a piloté l’adoption du bitcoin comme 2e monnaie nationale.

  • Les transferts d’argent provenant de la diaspora à l’étranger représentent 22% du PIB du pays, et les frais sur ces transferts en dollars sont élevés. 

Toutefois, environ 2 Salvadoriens sur 3 sont opposés à la reconnaissance officielle du bitcoin, selon de récents sondages. 

Le bitcoin semble avoir mal réagi lui aussi hier suite à sa reconnaissance au Salvador, puisqu’il a subi une forte baisse de valeur. (Il a récupéré en partie depuis.)

Des experts évoquent plusieurs causes possibles pour expliquer cette chute:

  • Hier, le lancement du portefeuille «Chivo» a été retardé suite à des complications techniques.  
  • Suivant l’entrée en vigueur de la loi salvadorienne qui allait donner cours légal au bitcoin, des utilisateurs de Twitter et Reddit avaient manifesté l’intention de spéculer sur la cryptomonnaie, ce qui a pu entrainer des ventes spéculatives. 
  • Selon Bloomberg, septembre est, sur les 10 dernières années, le seul mois pendant lequel le bitcoin a connu un rendement moyen négatif, soit -6%. 
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Vol historique de cryptomonnaies: le pirate informatique a rendu une partie de son butin

Publié le 11 août 2021
Vol historique de cryptomonnaies: le pirate informatique a rendu une partie de son butin

(Source: Unsplash)

  • Poly Network, une entreprise américaine spécialisée dans les transferts de cryptomonnaies, avait rapporté mardi s’être fait voler un peu plus de 600 millions $US de monnaie numérique, ce qu’elle a décrit comme le plus important vol de cryptomonnaies de l’histoire.
  • L’entreprise avait alors publié sur Twitter une lettre dans laquelle elle exhortait le pirate à rendre les actifs, sans quoi il s’exposait à être «poursuivi» par n’importe quel pays. Poly Network a indiqué hier que le pirate informatique responsable du vol a déjà restitué 260 millions $US des actifs numériques qu’il avait dérobés. 

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

La Chine ne fabrique plus la majorité des bitcoins

Publié le 15 juil 2021
La Chine ne fabrique plus la majorité des bitcoins

(Source: Unsplash)

  • La part de la Chine dans le «minage» (la fabrication) de bitcoins est passée de 76% en septembre 2019 à 46% en avril cette année, selon une étude de l’Université Cambridge, en Angleterre.
  • Le fait qu’une majorité de bitcoins soient conçus en Chine a soulevé des craintes en raison de la pollution que cela engendre: le minage de bitcoin requiert beaucoup d’électricité; or, en Chine, elle est en grande partie produite par des centrales au charbon.  

Le minage d’une cryptomonnaie consiste à valider des transactions par des calculs informatiques. 

  • Cette activité est rémunérée par l’émission de nouvelles unités de cryptomonnaie. 

Selon des chercheurs de l’Université Cambridge, le minage de bitcoin consommerait 0,3% de la production mondiale d’électricité.

D’où provenaient les bitcoins en avril 2021: 

  • Chine: 46%
  • États-Unis: 17% 
  • Kazakhstan: 8%
  • Russie: 7%
  • Iran: 5%

Aujourd’hui, la part de la Chine pourrait être inférieure à 46% puisque, depuis la réalisation de l’étude, l’État chinois a imposé des restrictions sur le minage

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Chute du bitcoin: des restrictions sur le minage en Chine pointées du doigt

Publié le 22 juin 2021
Chute du bitcoin: des restrictions sur le minage en Chine pointées du doigt

(Source: Unsplash)

  • Le bitcoin a chuté de près de 10% lundi. Plusieurs observateurs attribuent cette baisse à la répression croissante du gouvernement chinois à l’égard du «minage» (fabrication) de cette cryptomonnaie.
  • Le mois dernier, Pékin avait promis de réprimer le minage et le commerce de bitcoins pour mieux contrôler les risques financiers. Vendredi, les autorités de la province du Sichuan ont ordonné la fermeture des projets d’extraction de bitcoins.

La Chine a fourni l’an dernier 65% de la production mondiale de bitcoins, selon des données de l’Université de Cambridge.

  • Le Sichuan était la deuxième province productrice de bitcoins au pays.

Le bitcoin a perdu plus de 20% de sa valeur au cours des six derniers jours.

Il a perdu près de la moitié de sa valeur par rapport à son pic d’avril, alors qu’il avait presque atteint 65 000 $.

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Tesla acceptera à nouveau les bitcoins… quand ils seront moins polluants

Publié le 13 juin 2021
Tesla acceptera à nouveau les bitcoins… quand ils seront moins polluants

(Source: Unsplash)

  • Le fabricant américain avait autorisé en mars dernier ses clients à acheter ses véhicules électriques avec la cryptomonnaie, avant de faire marche arrière quelques semaines plus tard.
  • Elon Musk a indiqué hier soir que l’entreprise recommencerait à accepter les paiements en bitcoins lorsque leur production n’exigera qu’«une quantité raisonnable d’énergie propre». La cryptomonnaie est produite par de puissants ordinateurs qui consomment beaucoup d’électricité. 

Le Salvador veut devenir le premier pays à accepter officiellement le bitcoin

Publié le 6 juin 2021
Le Salvador veut devenir le premier pays à accepter officiellement le bitcoin

(Source: Unsplash)

  • Nayib Bukele, le président du Salvador, en Amérique centrale, participait ces derniers jours à la conférence Bitcoin 2021 à Miami. Il en a profité pour faire une annonce.
  • Dans les prochains jours, le gouvernement salvadorien devrait déposer un projet de loi pour reconnaître que le bitcoin aura cours légal dans le pays, aux côtés du dollar américain. Cela ferait du Salvador le premier pays à reconnaître au bitcoin un statut de monnaie à part entière.

Le bitcoin a chuté de 20% en une semaine

Publié le 19 mai 2021
Le bitcoin a chuté de 20% en une semaine

(Source: Unsplash)

  • Alors qu’il valait près de 59 000 $US il y a une semaine, le bitcoin a fondu ces derniers jours de 12 000 $, ce qui représente environ 20% de sa valeur. Depuis son sommet historique de 64 870 $US atteint le 14 avril, le cours du bitcoin a plongé de 30%. 
  • Le bitcoin a emporté dans sa chute plusieurs autres cryptomonnaies, notamment l’ethereum, qui a perdu 14% dans la dernière semaine. Après avoir fait la promotion des cryptomonnaies dans les derniers mois, le fondateur de Tesla Elon Musk a dit la semaine dernière que sa société refuserait dorénavant les paiements en bitcoin.

Un FNB canadien de bitcoins compensera son empreinte carbone

Publié le 11 mai 2021
Un FNB canadien de bitcoins compensera son empreinte carbone

(Source: Unsplash)

  • Ninepoint, une société canadienne de gestion de placements, s’engage à entièrement compenser l’empreinte carbone de son nouveau fonds négocié en bourse (FNB) Ninepoint Bitcoin (TSX: BITC). Ce FNB reproduit un indice basé sur la valeur du Bitcoin, dont l’utilisation consomme énormément d’énergie. 
  • Ninepoint consacrera une partie des frais de gestion du FNB à financer des projets de conservation de la forêt amazonienne.

Nuvei pourra offrir des comptes bancaires et des cartes de crédit pour faciliter les transactions en bitcoin

Publié le 9 mai 2021
Nuvei pourra offrir des comptes bancaires et des cartes de crédit pour faciliter les transactions en bitcoin

(Source: Unsplash)

  • La société montréalaise de technologies financières Nuvei a annoncé vendredi une acquisition qui devrait renforcer sa position dans l’univers des cryptomonnaies, et la mettre plus directement en contact avec les entreprises et les consommateurs.
  • Nuvei (TSX: NVEI) va acheter, pour 250 millions $US, l’entreprise israélienne Simplex. La plateforme technologique de Simplex sert de passerelle pour échanger des cryptomonnaies contre de la monnaie fiduciaire – autrement dit, du «vrai» argent émit par une banque centrale. Simplex a aussi une licence d’institution financière en Europe qui lui permet d’ouvrir des comptes bancaires aux entreprises et aux particuliers, et une entente avec Visa qui lui permet d’émettre des cartes de crédit.