Ether et ethereum

Nouvelles, annonces, données, tendances, débats et controverses concernant l’ethereum, une plateforme technologique de chaine de blocs (blockchain), et l’ether, une cryptomonnaie liée à l’ethereum [sujets connexes: bitcoin, bourse, cryptomonnaies, investissement, innovation, jetons non fongibles (NFT), monnaie numérique]

Les autorités financières canadiennes rappellent à l’ordre les services de transaction de cryptomonnaies

Publié le 26 sept. 2021
Les autorités financières canadiennes rappellent à l’ordre les services de transaction de cryptomonnaies
  • L’intérêt grandissant des investisseurs pour les cryptomonnaies a agrandi le marché pour les plateformes de transaction des cryptos, qui sont de plus en plus nombreuses. Elles rivalisent de tactiques de marketing pour attirer les nouveaux clients.
  • Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM) s’inquiètent de la façon dont plusieurs plateformes font leur promotion. Elles leur rappellent de ne pas mentir sur leur statut, de ne pas laisser croire qu’elles offrent une sécurité qu’elles ne peuvent assurer, et de ne pas encourager leurs clients à prendre des risques.

Les ACVM, dont fait partie au Québec l’Autorité des marchés financiers (AMF), ont publié ces derniers jours un avis adressé aux entreprises qui commercialisent au Canada des services d’achat et de vente de cryptoactifs – une catégorie qui englobe les cryptomonnaies telles que le bitcoin.

Cet avis est une réaction aux exagérations et aux fausses représentations qu’ont constatées les ACVM ces derniers mois dans la façon dont certaines plateformes de transaction de cryptomonnaies se présentent et promeuvent leurs services. (Le document ne nomme aucune plateforme.)

Les ACVM rappellent leurs obligations aux plateformes de transaction de cryptos.

En matière de promotion:

  • Ne pas faire de la «publicité fausse ou trompeuse» et s’assurer que toutes les affirmations que fait la plateforme sont «justes, pondérées et non trompeuses».
  • Éviter les concours, promotions, primes et offres à durée limitée pour inciter les investisseurs à effectuer des opérations et à agir rapidement de peur de rater une occasion d’investissement ou une récompense.
  • Ne pas faire de promotion pour favoriser des opérations «excessivement risquées», ni pousser leurs clients à prendre des risques qu’ils éviteraient normalement.

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles Affaires et Technologies: abonnez-vous aux infolettres quotidiennes d’InfoBref ici ou en cliquant sur le bouton Infolettres en haut à droite.


Dans la façon dont elles se présentent sur leur site ou dans leur application:

  • «Agir avec honnêteté, bonne foi et équité» envers leurs clients.
  • Ne pas laisser croire qu’une plateforme est inscrite comme courtier selon la loi sur les valeurs mobilières alors que ce n’est pas le cas – actuellement, seule Wealthsimple est inscrite; plusieurs autres sont en cours d’inscription mais ne le sont pas encore.
  • Ne pas laisser croire que l’inscription d’une plateforme à titre d’entreprise de services monétaires (money services business) suffit à protéger les intérêts du client – ce type d’inscription n’est pas comparable à celui d’une inscription aux valeurs mobilières.
  • Ne pas promouvoir l’achat de certains produits, ni même de certaines stratégies de négociation, parce que cela pourrait être considéré comme du conseil à leurs clients, et la plateforme devrait alors évaluer si le produit promu convient au client – une obligation que ces plateformes veulent à tout prix éviter.
  • Ne pas faire croire que des transactions sont gratuites ou ne génèrent aucun revenu pour la plateforme, même si la plateforme ne perçoit pas de commission «mais facture plutôt un supplément sur le meilleur prix qu’elle peut obtenir, dégage une marge de profit des opérations (…) ou monétise le flux d’ordres des clients à son avantage, sans fournir à ces derniers d’explication raisonnable du bien-fondé de ces autres formes de rémunération».
Patrick Pierra
En savoir plus En savoir plus

Conseils pour vos FINANCES

Préparez-vous à payer votre impôt sur les bitcoins et cryptomonnaies

Publié le 17 sept. 2021
Fabien Major
par Fabien Major
Préparez-vous à payer votre impôt sur les bitcoins et cryptomonnaies

[Image de Mohamed Hassan | Pixabay]

  • À mesure que les grandes institutions financières intègrent les actifs numériques tels que les cryptomonnaies dans leur inventaire de produits, les agences du revenu précisent leurs directives.
  • Au Canada, les gains en valeur sur la vente de bitcoins et d’autres actifs cryptographiques sont pleinement imposables – de notre vivant, et même après notre décès.

Comme les cryptomonnaies n’ont pas cours légal au Canada, l’Agence de revenu du Canada (ARC) les traite non pas comme de l’argent, mais comme des marchandises aux fins de la loi sur les impôts des particuliers et des sociétés.

  • Si un particulier n’en fait pas son activité principale ni le commerce, ses gains seront considérés comme du gain en capital, imposable à 50%.
  • Mais s’il en fait son activité principale, alors ses gains sont du revenu d’entreprise, pleinement imposable.

Revenons aux cas les plus communs pour les particuliers. Vous allez voir, l’ARC a pensé à tout.

Sortez vos calculettes!

À peu près toutes les transactions en crypto sont considérées comme une disposition, c’est-à-dire une vente de la cryptomonnaie:

  • vendre ou donner des actifs numériques, que ce soit à un proche ou à un inconnu;
  • échanger une cryptomonnaie pour une autre;
  • convertir des cryptos en devise officielle canadienne ou étrangère;
  • les utiliser pour acheter des biens et services.

Toutes ces transactions sont donc imposables si la valeur en dollar canadien de la cryptomonnaie a augmenté depuis que vous l’avez achetée.

Dans toutes ces circonstances, on doit être en mesure de préciser le coût d’acquisition et le prix de disposition.

  • Alors préparez-vous à tenir à jour un tableau Excel détaillé de toutes vos transactions d’achat et de vente, avec dans tous les cas une valeur défendable auprès des autorités fiscales.

L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent les deux bulletins quotidiens d’InfoBref. Essayez-les: abonnez-vous gratuitement ici ou cliquez sur le bouton «Infolettres» en haut à droite


C’est la différence entre le coût d’achat et le prix à la disposition qui constitue le gain en capital imposable.

Si vous achetez un produit ou un service avec une cryptomonnaie, l’ARC considère que vous faites du troc.

  • Dans ce cas, cela pourrait être la valeur en dollars canadiens de ce que vous achetez qui établit la valeur de la cryptomonnaie au moment où vous l’utilisez.

Par ailleurs, l’ARC considère que les achats et ventes de produits et services au moyen d’une cryptomonnaie comme bitcoin, litecoin, dogecoin, ethereum, ripple ou autre vous obligent à payer et gérer les taxes de vente – TPS et TVQ – exactement comme si vous les achetiez en dollars.


­Consultez la section AFFAIRES, argent et carrière d’InfoBref avec nos nouvelles brèves en semaine et, chaque samedi, la chronique Conseils pour vos finances. Pour les recevoir par courriel, abonnez-vous gratuitement à nos infolettres quotidiennes ici ou en cliquant dans INFOLETTRES en haut à droite.


Vous ne les emporterez pas au paradis!

Le décès entraîne, sur le plan fiscal, une disposition de tous les actifs du défunt.

C’est le cas pour les cryptomonnaies, comme pour une résidence secondaire ou les actions d’une société.

Si la juste valeur marchande au moment du décès est supérieure au prix qui a été payé pour acheter la cryptomonnaie, on est en présence d’un gain en capital imposable. 

Exemple: Jean-Martin possédait 2 bitcoins dans son portefeuille numérique.

Il est décédé d’un accident de voiture et sa succession se demande comment calculer l’impôt. 

  • Il est décédé le 10 septembre 2021.
  • À ce moment, le bitcoin valait 45 500 $ américains.
  • Comme, il en détenait 2, ça revient à 96 000 $US, ce qui correspond à environ 122 000 $ canadiens.
  • Il avait acheté ses bitcoins en 2017 pour 6314 $ canadiens au total.
  • Son gain en capital est donc de 115 686 $.
  • La moitié, soit 57 843 $, est imposable.
  • Si le taux d’imposition applicable est de 45%, sa succession aura 26 029 $ en impôt à payer sur les profits réalisés par ses cryptos.

Les cryptomonnaies échappent au contrôle des gouvernements et des banques centrales.

Mais vous, vous n’échappez pas à la fiscalité. Pensez-y.

Pour recevoir la chronique Conseils pour vos finances de Fabien Major chaque samedi dans votre courriel, abonnez-vous gratuitement ici au bulletin de nouvelles quotidien InfoBref Matin

En savoir plus En savoir plus

Vol historique de cryptomonnaies: le pirate informatique a rendu une partie de son butin

Publié le 11 août 2021
Vol historique de cryptomonnaies: le pirate informatique a rendu une partie de son butin

(Source: Unsplash)

  • Poly Network, une entreprise américaine spécialisée dans les transferts de cryptomonnaies, avait rapporté mardi s’être fait voler un peu plus de 600 millions $US de monnaie numérique, ce qu’elle a décrit comme le plus important vol de cryptomonnaies de l’histoire.
  • L’entreprise avait alors publié sur Twitter une lettre dans laquelle elle exhortait le pirate à rendre les actifs, sans quoi il s’exposait à être «poursuivi» par n’importe quel pays. Poly Network a indiqué hier que le pirate informatique responsable du vol a déjà restitué 260 millions $US des actifs numériques qu’il avait dérobés. 

La CIBC offrira une plateforme aux entreprises qui veulent acheter des crédits carbone

Publié le 7 juil 2021
La CIBC offrira une plateforme aux entreprises qui veulent acheter des crédits carbone

(Source: Unsplash)

  • Baptisée Projet Carbone, la plateforme permettra aux entreprises de compenser sur une base volontaire leur impact sur le climat grâce à l’achat de crédits carbone. Ce projet pilote sera lancé en août par 4 banques dans le monde, dont la CIBC au Canada.
  • La plateforme fonctionnera sur les bases de la cryptommonaie ethereum et offrira une certification quant au prix et à la transparence des crédits vendus.

Les entreprises pourront choisir parmi différents types de crédits. 

  • Par exemple, certains seront voués à la protection des forêts et des zones humides.

Les autres banques impliquées dans le projet sont:

  • la banque brésilienne Itau Unibanco
  • la National Australia Bank
  • la banque britannique NatWest Group

Comment fonctionne le marché du carbone:

  • Les entreprises et les particuliers peuvent déjà compenser sur une base volontaire leur impact sur le climat en achetant des crédits carbone. Un crédit carbone représente une tonne de CO2, selon l’organisme Planetair.
  • Plusieurs organismes permettent déjà d’acheter des crédits carbone compensatoires. 
  • Le gouvernement fédéral, qui s’est engagé à atteindre la carboneutralité d’ici 2050, doit adopter un programme de crédits carbone cet automne. 
  • Les gouvernements du Québec, de la Colombie-Britannique et de l’Alberta ont déjà leur propre programme de crédits carbone.
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Le bitcoin a chuté de 20% en une semaine

Publié le 19 mai 2021
Le bitcoin a chuté de 20% en une semaine

(Source: Unsplash)

  • Alors qu’il valait près de 59 000 $US il y a une semaine, le bitcoin a fondu ces derniers jours de 12 000 $, ce qui représente environ 20% de sa valeur. Depuis son sommet historique de 64 870 $US atteint le 14 avril, le cours du bitcoin a plongé de 30%. 
  • Le bitcoin a emporté dans sa chute plusieurs autres cryptomonnaies, notamment l’ethereum, qui a perdu 14% dans la dernière semaine. Après avoir fait la promotion des cryptomonnaies dans les derniers mois, le fondateur de Tesla Elon Musk a dit la semaine dernière que sa société refuserait dorénavant les paiements en bitcoin.

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Après le bitcoin, au tour de l’Ethereum d’avoir ses FNB spécialisés

Publié le 19 avr. 2021
Après le bitcoin, au tour de l’Ethereum d’avoir ses FNB spécialisés

(Source: Unsplash)

  • Pas moins de trois fonds négociés en bourse consacrés à l’Ethereum devraient commencer à être négociés aujourd’hui à la bourse de Toronto. Commercialisés par les sociétés Gestion mondiale d’actifs CI, Evolve Funds et Purpose Investments, ce sont les premiers fonds du genre en Amérique du Nord. Ils investissent directement dans des jetons numériques d’Ethereum.
  • L’Ethereum est actuellement, par sa valeur globale, la deuxième plus importante cryptomonnaie après le bitcoin.

La valeur globale des cryptomonnaies dépasse maintenant 2000 milliards $US, et ce n’est pas entièrement la faute du bitcoin

Publié le 6 avr. 2021
La valeur globale des cryptomonnaies dépasse maintenant 2000 milliards $US, et ce n’est pas entièrement la faute du bitcoin

(Source: Unsplash)

  • La valeur d’un bitcoin oscille depuis quelques jours près de 60 000 $US. C’est plutôt la récente hausse de valeur d’autres monnaies numériques comme l’Ethereum, le Litecoin et le Ripple qui a fait passer la valeur globale des cryptos au-dessus de 2 billions $US.
  • Cette poussée permet de distinguer quelques cryptomonnaies qui semblent gagner en valeur à mesure qu’on leur trouve des usages différents de celui du bitcoin.

Le bitcoin compte encore pour plus de la moitié de la valeur totale de toutes les cryptomonnaies.

Des experts financiers semblent de plus en plus convaincus de son rôle comme valeur refuge de l’économie numérique – même si investir dans le bitcoin demeure très spéculatif.

Mais d’autres cryptomonnaies suscitent un intérêt croissant depuis un an, pour d’autres raisons.

La technologie de l’Ethereum est responsable en bonne partie de l’émergence des jetons non fongibles (NFT) et d’autres types d’applications financières décentralisées.

  • Une monnaie encore moins connue appelée Binance est aussi associée à ces applications encore émergentes.

Le Litecoin gagne en popularité parce que sa technologie rend les transactions en litecoins plus rapides à réaliser qu’avec des bitcoins.

La société Ripple a vu sa propre cryptomonnaie – nommée XRP – gagner 40% en valeur en trois jours.

  • Ripple pourrait sortir vainqueur d’une lutte contre les autorités financières américaines qui estiment que le XRP est une valeur mobilière, alors que Ripple le présente plutôt comme un outil qui facilite les transactions financières entre différentes devises.
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

L’engouement actuel envers les jetons non fongibles est exagéré, mais leur technologie est là pour rester, selon un expert québécois en cryptomonnaie

Publié le 28 mars 2021
L’engouement actuel envers les jetons non fongibles est exagéré, mais leur technologie est là pour rester, selon un expert québécois en cryptomonnaie

(Source: Unsplash)

  • Des tweets et des images tirées du web qui rapportent des millions de dollars à leurs créateurs grâce à une mise aux enchères: ce n’est qu’un effet de nouveauté provoqué par l’émergence toute récente des jetons non fongibles, ou NFT.
  • La technologie derrière ce phénomène, elle, est là pour rester parce qu’elle répond à un besoin de plus en plus important lié à l’économie numérique, assure Martin Lalonde, fondateur d’Investissement Rivemont, premier gestionnaire de portefeuille au Canada à avoir lancé un fonds de placement lié aux cryptomonnaies.

Les NFT certifient de façon numérique la propriété d’un actif intangible, un peu comme un acte notarié imprimé certifie la propriété d’un objet physique, explique à InfoBref Martin Lalonde.

Les NFT reposent sur une technologie propre à la cryptomonnaie Ethereum et appelée «contrats intelligents».

Ces contrats inscrivent dans un registre public – ce qu’on appelle la «chaîne de blocs» de l’Ethereum – le nom des parties impliquées dans une transaction précise. Ils permettent d’identifier le propriétaire d’un bien numérique, comme un fichier Jpeg ou un tweet. 

> Pour aller plus loin: Que sont les NFT et pourquoi valent-ils soudain des millions de dollars? – voici l’essentiel

Cette technologie peut apporter des bénéfices importants à certains secteurs de l’économie numérique, comme la création artistique et le jeu vidéo. C’est ce qui explique l’engouement démesuré dont elle est l’objet actuellement, ajoute Martin Lalonde.

  • «Est-ce qu’une vidéo de 3 secondes publiée sur YouTube vaut réellement plusieurs centaines de milliers de dollars? C’est certainement exagéré.»
  • «Mais on voit souvent ce genre de phénomène avec les nouvelles technologies: il y a un emballement exagéré au début, puis on finit par découvrir leur véritable valeur à plus long terme.»

L’Ethereum et le bitcoin se distinguent de plus en plus dans les rôles que ces cryptomonnaies pourraient jouer à long terme.

  • Les partisans du bitcoin le voient remplacer l’or comme valeur refuge pour l’économie numérique de demain, et le considèrent donc comme un placement.
  • L’Ethereum est plutôt perçu comme un outil de certification pour des transactions importantes, comme l’achat de biens numériques de grande valeur.
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

D’autres cryptomonnaies profitent de l’engouement pour le bitcoin

Publié le 8 fév 2021
D’autres cryptomonnaies profitent de l’engouement pour le bitcoin

(Source: Unsplash)

  • La valeur du bitcoin continue de fracasser des records. Hier, l’achat pour 1,5 milliard $US de cette monnaie numérique par Tesla lui a fait atteindre un nouveau sommet, à près de 57 000 $.
  • Mais ce n’est pas la seule cryptomonnaie à attirer les investisseurs: la valeur de l’Ethereum et du Dogecoin, entre autres, atteint elle aussi des sommets. Pour le meilleur et pour le pire.

Le meilleur: l’ethereum 
Il a toujours été dans l’ombre du bitcoin depuis sa création en 2015. 

  • La valeur d’un «ether», l’unité de base de cette plateforme, a tout de même doublé depuis le début de l’année, pendant que celle du bitcoin triplait. 
  • Un ether vaut présentement environ 2200 $.

Alors que le bitcoin est vu par bien des investisseurs comme un remplaçant numérique de l’or en tant que valeur refuge, l’ethereum est davantage reconnu comme une «plateforme technologique» sécuritaire.

  • Son potentiel se trouve en grande partie du côté des paiements électroniques.
  • Ses promoteurs pensent qu’il pourrait remplacer des solutions de paiement comme celle de PayPal dans les applications mobiles.

Le pire: le dogecoin

Il a vu le jour comme une blague en 2013. On ne peut rien faire, ou presque, avec un dogecoin. Cette monnaie numérique n’est utilisée nulle part et la convertir en une devise courante, comme le dollar canadien, est compliqué.

Ces handicaps n’ont pas empêché la valeur du dogecoin de quintupler depuis un mois.

  • La semaine dernière, elle a fait un bond de 80% quand Elon Musk a tweeté «pas de hauts, pas de bas, seulement Doge».
  • Le forum WallStreetBets sur Reddit a aussi alimenté la spéculation. 
  • La totalité des dogecoins vaut aujourd’hui près de 7,6 milliards $.

L’effet FOMO (Fear of missing out), provoqué par la crainte de rater une occasion de rendement rapide, peut avoir des conséquences dangereuses, croit l’investisseur québécois Philippe Bergeron-Bélanger.

  • Ces monnaies sont très volatiles et ne sont pas à l’abri d’une importante chute de valeur subitement, dit-il à InfoBref.
  • Mais si d’autres entreprises imitent Tesla et adoptent les monnaies numériques, il croit que leur valeur continuera de croître.
Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus