ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Décrypter les CRYPTOS

Est-ce encore la peine de s’intéresser à Bitcoin et aux cryptomonnaies?

Publié le 26 août 2022
David St-Onge
par David St-Onge
Chroniqueur à InfoBref Votre argent

[crédit photo: Jeremy Bezanger | Unsplash]

  • Le marché des cryptomonnaies s’est effondré depuis novembre dernier. Des milliards de dollars sont partis en fumée. Est-ce un revers insurmontable pour le marché des cryptos?
  • Si on prend un peu de recul, la chute de valeur ne change pas fondamentalement ce marché. Le bitcoin reste une forme d’épargne risquée. Les autres cryptoactifs demeurent, eux, à la frontière entre l’investissement ultrarisqué et… les paris sur des courses de chevaux.

Même si les taux d’intérêt ont monté ces derniers mois, ils n’ont pas rattrapé l’inflation. 

  • Pour espérer un rendement supérieur à l’inflation, on ne peut plus se contenter d’épargner: il faut investir.
  • Or, par définition, l’investissement vient avec une part de risque.

Une façon d’approcher l’univers des cryptoactifs est d’y voir deux zones distinctes:

  • d’une part, le bitcoin, qui a été la première cryptomonnaie distribuée à grande échelle, et reste encore aujourd’hui de loin la plus connue et la plus répandue;
  • d’autre part, une foule très hétérogène de projets de cryptoactifs associés à différentes plateformes basées sur la technologie de chaine de blocs (blockchain).

L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent, par courriel, les deux bulletins de nouvelles quotidiens d’InfoBref. Simples, clairs et utiles. Faites comme plus de 10 000 Québécois·es, essayez-les: abonnez-vous gratuitement ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


Des paris très risqués

Peut-on qualifier tous les projets crypto d’«investissement»?

La part de risque associée à ces projets est énorme.

À tel point que l’univers de la crypto dans son ensemble a plus à voir avec les paris sur les courses de chevaux qu’avec l’investissement.

  • Ceux qui misent sur le bon cheval peuvent peut-être faire quelques gains.
  • Mais, souvent, on peut se demander aux dépens de qui ils les font.

Recevez gratuitement chaque jour par courriel l’essentiel des nouvelles économiques, financières et technologiques: abonnez-vous ici aux infolettres quotidiennes d’InfoBref, ou cliquez Infolettres en haut à droite


Comment identifier les projets valables?

Toute une industrie s’est créée pour donner des conseils sur les cryptos.

Une horde d’influenceurs a émergé lors du dernier marché haussier.

Certains ont étalé publiquement leurs gains faramineux, de sorte que des centaines de milliers de personnes ont voulu en profiter eux aussi. Comment les blâmer?

Pendant les marchés haussiers, tout le monde peut passer pour un génie de l’investissement.

La chute récente nous a rappelé que les marchés fonctionnent généralement par cycles.

  • Il faut s’attendre à des baisses, parfois brutales, dans tous les types de marchés.

Le marché baissier n’a pas complètement entamé l’optimisme des investisseurs les plus convaincus par la crypto.

Certains sont viscéralement convaincus que leur jeton de prédilection, le cryptoactif dans lequel ils croient, représente une révolution et qu’à lui seul il changera le monde.

Le problème est qu’ils sont des milliers à dire la même chose, avec chacun un jeton différent en tête.

Tous ces jetons auront-ils tous un impact majeur? Surement pas.

Est-ce à dire que tous les projets cryptos sont voués à l’échec? Certains réussiront sans doute, dans une certaine mesure. Mais j’ignore lesquels.


­Consultez la section ARGENT d’InfoBref avec chaque jour nos nouvelles brèves, et chaque samedi nos conseils de finances personnelles, consommation et investissement.
Pour les recevoir gratuitement par courriel, abonnez-vous aux infolettres d’InfoBref ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


Pourquoi Bitcoin traversera cette crise

Malgré une part de risque inhérente à toute technologie émergente, le bitcoin – l’unité monétaire du projet Bitcoin – est l’actif numérique le moins risqué du lot.

Pas seulement parce qu’il est la première cryptomonnaie et qu’il accomplit son rôle sans broncher depuis plus de 13 ans.

C’est surtout qu’il n’est pas à la recherche d’un cas d’utilisation.

On sait déjà à quoi il sert: Bitcoin se positionne comme un nouveau système monétaire, indépendant des monnaies nationales gérées par les banques centrales.

Si sa courbe d’adoption continue à montrer une croissance aussi impressionnante que ces 10 dernières années, on pourra certainement qualifier Bitcoin:

  • au pire, de plateforme de réserve de valeur; et
  • au mieux, de système monétaire alternatif.

En ce sens, le bitcoin est une forme d’épargne.

Certes, ceux qui souhaiteraient épargner en bitcoins doivent tolérer une grande volatilité dans le prix.

Mais Bitcoin fait partie de la très courte liste de projets qui ont plus d’un cycle de marché derrière la cravate. C’est un atout décisif.

Pour recevoir gratuitement par courriel cette chronique Décrypter les Cryptos et d’autres conseils d’experts en finances, investissement et consommation, abonnez-vous gratuitement à notre infolettre hebdomadaire InfoBref Votre argent ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite

David St-Onge