ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Pourquoi la réforme de la loi 101 divise les partis?

Publié le 24 mai 2022
par Johanna Sabys

François Legault et Simon Jolin-Barrette (Source: Twitter du premier ministre)

  • Le projet de loi 96 du gouvernement Legault, qui modifiera la Charte de la langue française, a été approuvé mardi par 78 voix contre 29. Québec solidaire a appuyé le projet parce que le parti estime que cette loi apporte quelques avancées. 
  • Le Parti libéral et le Parti conservateur s’y sont opposés parce qu’ils trouvent que la réforme va trop loin. Le Parti québécois, lui, la juge insuffisante. 

Le projet de loi 96, qui vise à renforcer le statut du français et en faire la seule langue officielle et commune au Québec, a été déposé il y a plus d’un an [détails sur ce qu’il doit changer (13 mai)].  

Cette réforme brime les droits des anglophones, disent les libéraux et les conservateurs. 

La loi risque de diviser la population, craint le leader parlementaire du Parti libéral André Fortin. 

  • Selon lui, il est possible de défendre la langue française sans «outrepasser» la Charte des droits et libertés.

De son côté, le chef du Parti conservateur Éric Duhaime se dit plus favorable à des mesures incitatives que coercitives. 

La nouvelle loi ne suffira pas à empêcher le déclin du Français, disent les péquistes.  

Le Parti québécois voulait étendre la loi 101 aux cégeps, et imposer des cibles pour s’assurer d’obtenir des résultats.

Le chef du PQ Paul St-Pierre Plamondon a dit qu’il ne voulait pas «donner une caution morale» à un projet de loi «trompeur». 

Québec solidaire a approuvé le projet de loi pour défendre le droit de travailler en français. 

Mais QS trouve trop court le délai de 6 mois pendant lequel les nouveaux arrivants pourront recevoir des services publics dans une autre langue que le français.

Johanna Sabys