ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Jeune entreprise québécoise innovante

Nurau renforce les équipes en améliorant leur bien-être psychologique

Mis à jour le 20 nov. 2022
par Patrick Pierra

Saba Saremi, chef de l’exploitation, et Justin Lessard-Wajcer, fondateur et PDG, de Nurau

  • La loi québécoise va bientôt pousser les entreprises à agir pour assurer le bien-être psychique de leurs employés.
  • La jeune pousse montréalaise Nurau leur propose une nouvelle approche pour contribuer à la bonne santé mentale de leurs employés, en leur offrant des microformations à distance et en direct.

Le problème auquel s’attaque l’entreprise est l’omniprésence des problèmes de santé mentale en milieu de travail.

La pandémie a mis en lumière à quel point le bien-être psychologique est précieux et important.

L’épuisement professionnel fait perdre en moyenne aux entreprises canadiennes 35 jours de travail par employé et par an. Pour une entreprise typique de 50 employés, cela représenterait environ 1 million $ par an.

Or, les entreprises sont mal équipées pour faire face à ce problème.

La seule réponse que plusieurs employeurs proposent est un programme d’assistance aux employés. Mais ces programmes offrent un soutien lorsqu’un problème est devenu tellement évident et urgent que l’employé le demande.


L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent, par courriel, les deux bulletins de nouvelles quotidiens d’InfoBref. Simples, clairs et utiles. Faites comme plus de 10 000 Québécois·es, essayez-les: abonnez-vous gratuitement ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


La solution qu’a imaginée Nurau est un service en ligne de formation à distance, qui est prioritairement destiné aux gestionnaires de première ligne. 

Il offre aux organisations des microformations de 15 minutes en bien-être psychologique et santé mentale. Elles visent à agir en amont, avant que survienne un épisode d’épuisement professionnel.

«Toutes les formations se donnent en direct, explique Justin Lessard-Wajcer, fondateur et PDG de Nurau

  • Chaque session est animée par un facilitateur formé pour mener des conversations avec un groupe en milieu corporatif. 
  • Il s’assure que les sessions constituent un espace sain et sécuritaire pour les participants.»

Ces formations sont organisées en cheminements. 

  • Un cheminement typique comprend 6 sessions de formation, à suivre à une fréquence hebdomadaire.
  • Les mêmes personnes sont invitées à participer à toutes les sessions d’un même cheminement.

Entrepreneur·es, restez à l’affût des nouvelles économiques, financières, technologiques et politiques qui vous concernent en seulement quelques minutes par jour: abonnez-vous aux infolettres gratuites d’InfoBref ici ou en cliquant sur Infolettres en haut à droite


Les premiers cheminements correspondent à des thématiques telles que:

  • se soutenir soi-même et soutenir les autres;
  • travailler de la maison de façon saine; et
  • favoriser la diversité et l’inclusion

Ces formations peuvent être adaptées aux besoins de l’entreprise et de ses employés.

Elles ne sont pas réservées aux employés d’une même entreprise. 

Au contraire, Nurau encourage les gestionnaires qui éprouvent des problèmes similaires, quel que soit leur employeur, à se retrouver dans ses sessions de formation, voire à créer des liens.

«Dans beaucoup d’entreprises, dit Saba Saremi, chef de l’exploitation de Nurau, la culture fait en sorte que les gestionnaires ne sont pas tous à l’aise de côtoyer leurs supérieurs ou leurs pairs. Le fait de se retrouver avec des gens différents, de diverses industries, avec lesquels on n’a pas d’historique de relations, peut rendre l’expérience moins intimidante et favoriser la participation.»

Le modèle d’affaires de Nurau est similaire à celui d’un programme d’assistance aux employés: les entreprises paient un forfait annuel correspondant à un tarif par employé.

«L’article 51 de la Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST) stipulera pour la première fois l’an prochain que l’employeur doit assurer l’intégrité psychique des travailleurs, observe Justin Lessard-Wajcer.

Notre plateforme peut être une façon de se conformer à cette obligation.»

Aux entreprises qui hésitent à s’engager dans un programme continu, Nurau propose un échantillon de 4 expériences de formation de 15 minutes, qui peuvent sur demande être regroupées dans une même heure.


RECEVEZ GRATUITEMENT chaque jour par courriel L’ESSENTIEL DES NOUVELLES économiques, financières et technologiques: abonnez-vous ici aux infolettres quotidiennes d’InfoBref, ou cliquez Infolettres en haut à droite


Actuellement, Nurau compte 11 employés et une douzaine de collaborateurs.

Lentreprise a mené plusieurs projets pilotes avec des PME, dont certaines qui cherchaient à se conformer à la LSST et d’autres qui étaient déjà actives dans le milieu du bien-être.

  • Une des entreprises qui a participé à ces projets pilotes était les magasins de mode Ardene.

Nurau fait partie des 20 jeunes pousses sélectionnées cette année dans le programme Bourse+ de Startup Montréal. [Découvrez d’autres jeunes entreprises québécoises innovantes soutenues par cet organisme et par d’autres.]

Prochaines étapes pour Nurau:

  • terminer un tour de financement de 1,5 million $, pour lequel l’entreprise a déjà recueilli 1 million;
  • perfectionner sa plateforme logicielle, notamment pour y ajouter des fonctionnalités sociales qui permettront aux participants de mieux s’entraider.

À moyen terme, l’entreprise souhaite augmenter le nombre de ses utilisateurs jusqu’à 75 000.

«À partir de ce seuil, explique Saba Saremi, l’intelligence artificielle et le traitement de langage naturel nous permettront d’établir des corrélations qui donneront davantage de valeur à nos clients en augmentant l’impact de chaque cheminement.»

Patrick Pierra