ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Jeune entreprise québécoise innovante

Bazookka facilite les stages en entreprise

Publié le 11 sept. 2022
par Patrick Pierra

Sam Bellamy, présidente et fondatrice de Bazookka

  • Beaucoup d’entreprises offrent des stages à des finissants dans l’objectif de les recruter. Mais si ces stages sont mal organisés, l’entreprise peine à attirer des bons candidats, et elle risque de les perdre rapidement.
  • La jeune pousse montréalaise Bazookka simplifie la gestion des stages en entreprise. Elle met à profit la technologie pour aider les entreprises et les écoles qui leur envoient des étudiants à atteindre leurs objectifs.

Le problème auquel s’attaque Bazookka est la difficulté de coordonner des stages en entreprise, et ce autant du côté des entreprises qui accueillent les étudiants et les finissants que de celui des institutions d’enseignement qui les envoient.

«Recrutement, coordination, gestion des budgets et des horaires, demandes de subventions, évaluation des stagiaires: il peut y avoir jusqu’à une douzaine de personnes qui doivent intervenir dans l’entreprise pour accueillir un stagiaire», observe Sam Bellamy, présidente et fondatrice de Bazookka

Beaucoup d’entreprises n’ont pas d’outil spécifique pour gérer les stages. Elles utilisent souvent des fichiers Excel.

Or, les stages sont l’un des principaux moyens utilisés par certaines entreprises pour combler leur besoin de main-d’œuvre, alors que la pénurie fait rage.

«Mais si un stage est mal organisé ou mal supervisé, le stagiaire est démotivé, il risque d’échouer, il ne sera pas tenté de revenir travailler dans l’entreprise, et il n’en parlera pas en bien, ce qui risque de faire fuir d’autres stagiaires potentiels», explique Sam Bellamy.

Pour les écoles, des carences dans l’organisation des stages sont tout aussi préjudiciables: elles peuvent affecter son taux de placement et sa réputation comme une bonne voie d’entrée dans le marché du travail, ce qui rend plus difficile son propre recrutement d’étudiants et le financement qui vient avec.


L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent, par courriel, les deux bulletins de nouvelles quotidiens d’InfoBref. Simples, clairs et utiles. Faites comme plus de 10 000 Québécois·es, essayez-les: abonnez-vous gratuitement ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


La solution que propose Bazookka est une plateforme logicielle en ligne qui facilite la coordination des stages.

  • Les entreprises y inscrivent les postes de stages à pourvoir.
  • Les écoles y téléversent le profil des stagiaires potentiels.

En ayant ces données, il devient plus facile d’apparier le bon candidat au bon stage.

Ensuite, la plateforme permet des échanges de documents entre les entreprises, les stagiaires et les institutions d’enseignement, à commencer par les conventions de stage.

Écoles et entreprises peuvent créer des formulaires pour assurer le suivi du stage et son évaluation en fin de parcours.

Le modèle d’affaires est celui d’un service logiciel payé par les organisations qui l’utilisent.

Les écoles paient un forfait unique de 25 000 $ pour tous leurs étudiants pour une année scolaire. Elles peuvent alors utiliser la plateforme avec toutes les entreprises qui reçoivent leurs stagiaires.

Par ailleurs, les entreprises:

  • paient un montant forfaitaire si elles veulent afficher sur la plateforme des offres de stage ou d’emploi; et 
  • paient un abonnement mensuel de 79 $ par mois et par administrateur (ou 250 $ par mois pour un groupe de 5 administrateurs) si elles veulent utiliser le service pour gérer leurs stages. Les administrateurs sont habituellement des responsables ou superviseurs de stages, ou des gestionnaires ou conseillers en ressources humaines.

Entrepreneur·e·s, restez à l’affût des nouvelles économiques, financières, technologiques et politiques qui vous concernent en seulement quelques minutes par jour: abonnez-vous aux infolettres gratuites d’InfoBref ici ou en cliquant sur Infolettres en haut à droite


Actuellement, la plateforme de Bazookka est implantée dans une quarantaine d’écoles au Québec, des cégeps publics comme des écoles privées.

  • Elle a aussi plus de 1 500 utilisateurs payants dans des entreprises au Québec et en Ontario.

Fondée en 2018, l’entreprise a développé son logiciel pendant 2 ans pour arriver sur le marché… en 2020, alors que la Covid avait suspendu la plupart des stages en entreprise. 

  • Elle en a profité pour peaufiner son produit et son modèle d’affaires, en l’orientant davantage vers les entreprises qu’à l’origine. 
  • La commercialisation n’a véritablement commencé que vers la fin de l’an dernier.

Recevez gratuitement chaque jour par courriel l’essentiel des nouvelles économiques, financières et technologiques: abonnez-vous ici aux infolettres quotidiennes d’InfoBref, ou cliquez Infolettres en haut à droite


Bazookka emploie 7 personnes à plein temps. Elle fait partie des 20 jeunes PME sélectionnées cette année dans le programme Bourse+ de Startup Montréal[Découvrez d’autres jeunes entreprises québécoises innovantes rencontrées par InfoBref.]

Prochaines étapes pour Bazookka:

  • connecter à la plateforme  2 écoles de France qui ont contacté l’entreprise – ce serait un premier test dans le marché européen; et
  • lancer une première campagne de financement en capital-actions, pour compléter les quelque 300 000 $ reçus jusqu’ici en bourses et subventions.
Patrick Pierra