ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Face à face des 5 chefs: premier débat – voici l’essentiel

Mis à jour le 16 sept. 2022
par Johanna Sabys

(Source: TVA / Martin Chevalier)

  • Les chefs des 5 principaux partis se sont affrontés hier soir lors du premier débat diffusé par TVA à moins de 3 semaines de l’élection. 
  • Parmi les grands thèmes abordés, les candidats ont précisé leurs positions sur l’environnement, la lutte contre l’inflation et la santé. 

Environnement 

François Legault dit que les études sur le 3e lien, qui sont réclamées à la Caq, n’ont pas encore été publiées parce qu’elles ne prenaient pas en compte le télétravail et avaient été faites quand le projet prévoyait encore 6 voies, et non 4 comme aujourd’hui. 

Dominique Anglade dit qu’elle veut faire de la lutte contre le changement climatique sa «responsabilité». Selon elle, le Québec devrait se concentrer sur l’hydrogène vert. 

Gabriel Nadeau-Dubois dit que Legault et Duhaime font «peur aux gens» lorsqu’ils parlent de l’environnement, alors que c’est un «beau projet de société». Selon lui, les gens doivent «être capables» de faire des choix écologiques, il faut leur «donner des alternatives».  

Paul St-Pierre Plamondon dit que le PQ présente «un plan rigoureux et complet». Il croit qu’il ne faut pas «pénaliser» les gens, mais plutôt les inviter à faire «partie de la solution». Toutefois, le Québec ne pourra pas, selon lui, lutter efficacement contre le réchauffement climatique sans obtenir son indépendance.  

Éric Duhaime dit que les 4 autres chefs proposent tous la même chose en environnement, mais ils ne disent pas «combien d’entreprises ils vont fermer». Selon lui, le projet GNL Québec pourrait fournir de l’énergie à l’Europe, et les autres partis s’y opposent tous seulement «pour bien paraitre». 

Inflation

François Legault a vanté le faible taux de chômage à la fin de son mandat. Il a aussi souligné que la dette du Québec baisserait à la fin de son prochain mandat, contrairement à celle d’un gouvernement libéral après la correction de son erreur de 16 milliards $.  

Dominique Anglade dit qu’elle veut s’attaquer à la pénurie de main-d’œuvre et faire revenir les travailleurs expérimentés sur le marché de l’emploi. Elle a reproché à Legault d’avoir créé moins d’emplois que l’Ontario. 

Gabriel Nadeau-Dubois dit que quelqu’un qui a 1 million $ peut contribuer «un peu plus». Selon lui, le «5% le plus riche», peut se permettre de payer 1000 $ de plus par million $ d’actif, après le premier million, comme le propose QS.  

Éric Duhaime dit que son parti offre les baisses d’impôt les «plus généreuses». Il veut que l’État se «serre la ceinture», et non les familles. 

Santé 

François Legault a souligné que 300 000 Québécois de plus ont pu obtenir un médecin de famille pendant son mandat. Il se dit d’accord pour plus de privé en santé, mais seulement si les soins offerts sont gratuits.  

Dominique Anglade dit que tous les Québécois devraient avoir un médecin de famille. Elle a précisé que le Parti libéral n’était pas en faveur de plus de privé, sauf si cela peut, par exemple, permettre de faire baisser les listes d’attente en chirurgie. 

Gabriel Nadeau-Dubois dit que les Québécois sont «tannés des batailles de chiffres» sur les médecins de famille. Il faut avant tout «réparer le système de santé». Il dit que les autres partis s’entendent tous pour plus de privé, mais, selon lui, «si le privé marchait, ça se saurait».

Paul St-Pierre Plamondon dit qu’il veut un système de santé où, «peu importe notre portefeuille», on peut avoir accès à des soins. Il a souligné que le PQ était le seul parti avec un plan sur la dignité des ainés. 

Éric Duhaime dit qu’il veut «additionner la contribution du secteur privé». Selon lui, des cliniques et des hôpitaux privés offriraient «une offre supplémentaire» en santé. 

Johanna Sabys