ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEURS ET
PROFESSIONNELS

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos bulletins d’information. Vous ne recevrez pas de courriels de partenaires commerciaux et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Analyse POLITIQUE

Des élections à la rentrée? Trudeau voudra profiter du «retour à la normale»

Mis à jour le 26 juin 2021
Bernard Descôteaux
par Bernard Descôteaux
Chroniqueur politique à InfoBref, ancien directeur du Devoir

[photo: Élections Canada]

  • La Chambre des communes est maintenant en vacances estivales, avec la perspective d’une nouvelle campagne électorale à son retour en septembre.
  • Le gouvernement Trudeau attend depuis des mois le moment propice pour faire appel aux électeurs. Il fait le pari qu’il pourra retrouver la majorité perdue en 2019.

Deux ans, c’est le temps que durent généralement les gouvernements minoritaires au Canada.

On y est presque.

Rien n’est officiellement annoncé, sauf que…

  • Le premier ministre Trudeau ne cesse de dire que l’obstruction de l’opposition a rendu le parlement «dysfonctionnel». C’est ce qu’il fera valoir au gouverneur général pour obtenir la dissolution du parlement à la fin du mois d’août.
  • Plusieurs députés ont profité des derniers jours de la session pour faire leurs discours d’adieu.

Ces deux signes ne trompent pas.

Justin Trudeau est pressé.

Les atouts dont il dispose aujourd’hui pourraient ne plus valoir dans un an.

Le «retour à la normale» qui s’annonce pour la fin de l’été grâce à la vaccination créera un climat favorable. Exit la morosité.

La levée des restrictions sanitaires redonnera aux Canadiens un espace de liberté.

  • La réouverture des frontières avec les États-Unis, attendue avec impatience, devrait survenir tout juste avant le déclenchement des élections.

Le souvenir des prestations de soutien comme la PCU sera encore présent cet automne dans l’esprit des millions de Canadiens qui en ont profité.

Dans un an ce pourrait être différent.

L’OCDE prévoit que le Canada aura l’une des reprises économiques les plus fortes parmi les pays développés, avec une croissance prévue de 6,1%.

  • Elle entraînera un petit boom qui permettra le retour au travail de milliers de sans-emploi.

L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent, par courriel, les deux bulletins de nouvelles quotidiens d’InfoBref. Essayez-les: abonnez-vous gratuitement ici ou cliquez sur Infolettres en haut à droite


Le programme électoral des libéraux est tout tracé.

Ils miseront sur:

Les sondages pourraient laisser croire que les libéraux sont au seuil d’une majorité.

  • D’une semaine à l’autre, l’écart en faveur des libéraux se maintient par une marge de quatre à cinq points sur les conservateurs.
  • La concentration dans les Prairies du vote pour les conservateurs accentue l’avantage des libéraux.

Cette prochaine élection se jouera, comme souvent, dans les deux provinces centrales.

Au Québec, la popularité du Bloc se maintient avec 33% des intentions de vote, à égalité avec le Parti libéral.

En fait, le portrait n’a pas changé en deux ans, si bien que Justin Trudeau devra miser sur l’Ontario.

  • L’impopularité du gouvernement conservateur de Doug Ford le favorisera.

Découvrez les autres analyses politiques de Bernard Descôteaux.
Pour recevoir l’essentiel des nouvelles politique et économiques gratuitement chaque matin par courriel, inscrivez-vous aux infolettres quotidiennes d’InfoBref


Rien n’est toutefois acquis.

Le gouvernement Trudeau traîne derrière lui quelques casseroles que les partis d’opposition exploiteront.

  • Durant les dernières heures de la session, les partis d’opposition l’ont pris en train de piger dans des fonds publics pour financer des recherches sur les données électorales.
  • Des dossiers difficiles reviendront le hanter, comme sa gestion des dénonciations de plaintes de harcèlement sexuel dans les forces armées.

Une campagne électorale peut réserver des surprises.

Il pourrait arriver à Justin Trudeau ce qui était arrivé à Paul Martin en 2004: se précipitant en élection à la première embellie, il revint minoritaire au Parlement.

Pour recevoir l’analyse politique de Bernard Descôteaux un samedi sur deux dans votre courriel: abonnez-vous gratuitement ici au bulletin de nouvelles quotidien InfoBref Matin

Bernard Descôteaux