ENTREPRENEURS, PROFESSIONNELS, INVESTISSEURS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et un samedi par mois:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

Conseils pour vos FINANCES

Voici comment enrichir les jeunes familles

Mis à jour le 10 août 2022
Fabien Major
par Fabien Major
Chroniqueur en finances personnelles à InfoBref
Voici comment enrichir les jeunes familles

[photo: Emil Kalibradov | Unsplash]

  • Le premier ministre sortant Justin Trudeau propose de taxer les banques à 3% de plus. Il veut aussi distribuer encore plus de milliards avec un super CELI aux stéroïdes destiné aux premiers acheteurs de maison.
  • Pour redonner de l’argent aux jeunes familles, il y a mieux à faire. Voici une idée qui réussirait vraiment à regarnir le bas de laine des Canadiens.

D’abord, parlons un peu de la proposition des libéraux fédéraux taxer les banques à 3% de plus.

Pas fous les banquiers: ils trouveront rapidement un moyen de contenir cette hausse probable.

Je ne suis pas inquiet pour eux.

Ils financent généreusement TOUS les partis politiques et ont des lobbyistes dans toutes les craques de plancher des parlements du pays.

3% de plus, à première vue, ça semble peu.

Mais, étant donné le montant des profits des banques canadiennes, il est question de milliards $ annuellement.

Pas grave:

  • Les banquiers n’auront qu’à augmenter les frais et pénalités en répartissant généreusement ces augmentations dans leurs centaines de produits et services financiers.
  • Les milliards que le fédéral obtiendra proviendront directement de la poche des clients.
  • Autrement dit, cela deviendra une autre taxe déguisée.

Pour avoir un effet inverse et durable, le fédéral pourrait plutôt plafonner les taux d’intérêt des prêts personnels, ainsi que celui des cartes de crédit.

Parce que c’est actuellement le crédit à la consommation qui pèse le plus lourd sur le budget des familles.

Avec 76,2 millions de cartes de crédit Visa et MasterCard en circulation au Canada, ces cartes sont un des instruments de paiement préférés des citoyens.

Mais elles créent un problème majeur pour l’accès à une première maison.

Les soldes impayés affectent lourdement le dossier de crédit et le pointage de la cote de solvabilité personnelle.

Si vous avez 10 000 $ en solde impayé sur une carte de crédit à 19,99%:

  • En remboursant un solde minimum requis de 300 $, vous mettrez 4 ans et 2 mois pour retirer ce boulet de votre pied.
  • Le total des intérêts payés sera de 4 714 $, en plus du capital de 10 000 $. [source: calculatrice de paiement de carte de crédit]
  • Or ce sont des dollars APRÈS IMPÔT.

Dans ces conditions, avec un taux d’intérêt aussi élevé, il devient presque impossible de se sortir de l’endettement chronique.


Savoir l’essentiel des nouvelles chaque matin en 5 minutes? C’est possible, grâce à l’infolettre quotidienne d’InfoBref. Simple, claire, et utile. Faites comme plus de 20 000 Québécois·es, essayez-la: abonnez-vous gratuitement ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


Plafonner le taux des cartes de crédit, ça presse!

Je crois qu’il est souhaitable de limiter le taux d’intérêt des cartes de crédit:

  • soit à un multiple du taux préférentiel, disons 3 fois – en ce moment, le taux préférentiel est de 2,45%; 3 x 2,45% = 7,35%;
  • soit à 4% de plus que l’inflation; le taux annuel de l’IPC en pourcentage de variation sur 12 mois est de 2,6%;  2,6% + 4% = 6,6%.

Le plus bas des deux taux s’appliquerait et serait le MAXIMUM que les banques pourraient faire payer.

Ce serait déjà généreux pour les émetteurs de cartes et les institutions prêteuses, et cela apaiserait les clients.


­Consultez la section ARGENT d’InfoBref avec chaque jour nos nouvelles brèves, et chaque mois nos conseils en finances personnelles, consommation et investissement.
Pour les recevoir gratuitement par courriel, abonnez-vous aux infolettres d’InfoBref ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


Vous me trouvez idéaliste?

Je vous rappelle que le rendement annuel moyen sur les actions des grandes banques canadiennes est rarement inférieur à 14%.

Ce qui est scandaleux, c’est de constater l’écart actuel entre le taux moyen des cartes de crédit et le taux directeur de la Banque du Canada.

  • Le taux des capitaux prêtés entre les banques n’est que de 0,25%.
  • Une carte de crédit offrant un taux de 19,99% correspond techniquement à un gain de 19,74%.
  • Mais, rapporté au coût de capital, ce gain donne une marge brute de presque 7800%.

Si les politiciens souhaitent vraiment faciliter l’accès à la propriété, il faut regarder du côté des abus dans la distribution du capital et les intérêts facturés aux consommateurs.

Alléger le fardeau de l’endettement serait un grand pas en avant.

Pour recevoir la chronique Conseils pour VOS FINANCES de Fabien Major chaque mois dans votre courriel, abonnez-vous gratuitement à l’infolettre InfoBref Votre argent ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite

Fabien Major