ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS Entrepreneurs, gestionnaires et professionnels du Québec

Voici l’info qu’il vous faut: pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour en semaine

Vaccination: Québec fait-il le bon choix en administrant toutes les doses dès leur réception?

Publié le 10 janv. 2021
par Johanna Sabys

Le ministre de la Santé Christian Dubé

  • Depuis que le gouvernement s’est mis à utiliser toutes les doses dès leur réception, le rythme de la campagne s’est accéléré. Hier, plus de 84 000 Québécois avaient été vaccinés.
  • Mais Ottawa critique le choix de Québec de retarder la seconde injection du vaccin contre la Covid-19. Selon le gouvernement fédéral, cela pourrait compromettre les prochaines livraisons des compagnies pharmaceutiques au Canada. 

Le gouvernement Legault a décidé, le 31 décembre, de ne plus conserver de réserves pour les secondes doses à administrer aux personnes qui en ont reçu une première.

  • Cette décision semble entraîner un délai significatif entre l’injection des deux doses.
  • D’après le calendrier du ministère de la Santé, les résidents des CHSLD et le personnel soignant devraient recevoir leur deuxième dose à partir du 15 mars, soit trois mois après avoir reçu la première.

Le gouvernement fédéral critique ce choix.

  • Il tente actuellement d’accélérer le rythme de livraison des vaccins. 
  • Pour y parvenir, Ottawa doit pouvoir montrer aux compagnies que le Canada suit leurs instructions, a souligné la ministre de l’Approvisionnement Anita Anand.

Santé Canada s’interroge sur la question.

  • L’administratrice en chef de la santé publique Theresa Tam a demandé au Comité consultatif national de l’immunisation de lui fournir une analyse des scénarios posologiques pour déterminer s’il serait judicieux de retarder l’administration de la deuxième dose.

L’Organisation mondiale de la Santé dit que la deuxième dose peut être donnée au-delà du délai de 21 à 28 jours recommandé par les laboratoires, mais sans excéder six semaines.

Les autres pays sont divisés.

  • Pour accélérer sa campagne, le Royaume-Uni a décidé de vacciner d’abord toute sa population avec une seule dose, avant de commencer à administrer une seconde dose.
  • Aux États-Unis, l’immunologue Anthony Fauci insiste sur l’importance de respecter les règles des fabricants établies à partir des essais cliniques.

Le Parti libéral du Québec demande au gouvernement Legault de préciser après quel délai il donnera la deuxième dose, et d’obtenir l’aval des autorités compétentes et des fabricants.

  • Selon le PLQ, le gouvernement doit avoir la certitude que son calendrier de vaccination n’affecte pas l’efficacité des vaccins et ne remet pas en cause leur approvisionnement.



Johanna Sabys