ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES, PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et chaque samedi:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

Jeune entreprise québécoise innovante (financée par Anges Québec)

Ethnocare réduit l’inconfort que ressentent les personnes amputées

Mis à jour le 26 mars 2023
par Félix Côté
Ethnocare réduit l’inconfort que ressentent les personnes amputées

Marc-Antoine Malouin, PDG et cofondateur d’Ethnocare

  • Si vivre avec un membre en moins est déjà, en soit, un handicap important, subir une prothèse qui n’est pas confortable est une contrariété dont pourraient certainement se passer les personnes amputées d’un membre.
  • Ethnocare, une jeune pousse de Montréal, a conçu une manche qui réduit au minimum l’inconfort ressenti en portant une prothèse.

Le problème auquel s’attaque l’entreprise est l’inconfort que causent les prothèses aux personnes amputées.

«Les prothèses ont beaucoup évolué ces dernières années, explique en entrevue à InfoBref Marc-Antoine Malouin, PDG et cofondateur d’Ethnocare. Il y a eu beaucoup d’avancées techniques en ce qui concerne les pieds artificiels et les genoux biomécaniques.» 

«Mais la partie qui relie le membre à la prothèse ne s’est pas développée au même rythme.  Encore aujourd’hui, beaucoup de personnes amputées ressentent de l’inconfort à cause de leur prothèse.»

Les prothèses modernes posent souvent certains problèmes, souligne-t-il.

  • Elles n’évacuent pas toujours bien la chaleur.
  • Elles ne s’adaptent pas à la variation de volume du membre amputé. Or, ce volume change au cours de la journée.

Par conséquent, les personnes amputées doivent plus d’une fois au cours d’une même journée ajuster les chaussettes prothétiques, dont les tissus sont placées dans l’emboiture de la prothèse.

Ajuster le volume des tissus permet:

  • de réguler la température du membre résiduel; et
  • d’ajuster sa position dans l’emboiture de la prothèse.

Message du commanditaire

Votre startup a (presque) tout ce qu’il faut pour conquérir le monde? Présentez-nous votre projet

La solution qu’apporte Ethnocare est l’Overlay, une manche qui s’ajuste au volume du membre résiduel et remplace l’utilisation de chaussettes prothétiques. 

«Notre produit s’inspire des nouvelles technologies développées dans le sport de haut niveau», explique Marc-Antoine Malouin.

L’Overlay est doté d’un système pneumatique qui permet d’ajuster facilement le volume de la manche pour réduire les points de pression dans l’emboiture de la prothèse.  

La manche est confectionnée avec un tissu technique élastique qui: 

  • évacue mieux la chaleur que les chaussettes conventionnelles; et
  • facilite l’ajustement.

RECEVEZ GRATUITEMENT chaque jour par courriel L’ESSENTIEL DES NOUVELLES économiques, technologiques et financières : abonnez-vous ici à l’infolettre matinale d’InfoBref, ou cliquez Infolettres en haut à droite


Le modèle d’affaires de l’entreprise est de vendre son produit, principalement à des cliniques spécialisées par l’intermédiaire de distributeurs, et aussi directement.

Les personnes qui désirent se procurer l’Overlay le font généralement auprès d’une clinique spécialisée après avoir consulté un professionnel de la santé.  

Actuellement, Ethnocare compte 15 employés, en plus de ses 3 cofondateurs. 

Une première version de l’Overlay est déjà commercialisée. 

  • L’entreprise développe une deuxième version qui intègrera des technologies d’intelligence artificielle, dit Marc-Antoine Malouin.

L’entreprise a obtenu en janvier un financement d’amorçage de 2,5 millions $ auquel les anges investisseurs d’Anges Québec ont participé.

Message du commanditaire

Envie d’investir et de vous investir auprès de startups innovantes? Devenez membre!

Prochaines étapes pour l’entreprise:

À court thème, elle veut commencer à exporter son produit, d’abord aux États-Unis, puis en Europe. 

Cela demande de l’adaptation, note Marc-Antoine Malouin, parce que les normes ne sont pas les mêmes qu’au Canada.

  • Pour y parvenir, Ethnocare est encadrée par un comité de scientifiques américains. 

À plus long terme, l’entrepreneur veut que son entreprise innove dans plusieurs branches du marché des prothèses et même s’attaquer à de nouveaux marchés, comme celui des orthèses.

Félix Côté