ENTREPRENEURS, PROFESSIONNELS, INVESTISSEURS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et chaque samedi:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

Jeune entreprise québécoise innovante (financée par Anges Québec)

AXES.ai aide les casinos à contrôler l’excès et les activités illégales

Mis à jour le 9 fév 2024
par Félix Côté
AXES.ai aide les casinos à contrôler l’excès et les activités illégales

Earle G. Hall, PDG d’AXES.ai

  • Les casinos sont régulièrement confrontés à des situations délicates à gérer, comme les excès de joueurs compulsifs et les tentatives de fraude.
  • Solutions Axes Network (AXES.ai), une startup de Québec, a développé un système qui permet aux maisons de jeux de détecter et de contrôler, à distance, ces situations délicates.

Le problème auquel s’attaque l’entreprise est que les gestionnaires de casinos ne sont généralement pas outillés pour réagir rapidement en cas de fraude ou de jeu compulsif.

«Le jeu peut être un très bon divertissement, mais il occasionne parfois des problèmes de dépendance et de comportements illégaux», explique Earle G. Hall, PDG d’AXES.ai

Même s’ils sont au fait de ces problèmes, les gestionnaires de casinos ne sont généralement pas outillés pour intervenir rapidement. 

«La plupart des gestionnaires n’ont pas accès à des données en temps réel qui pourraient les faire réagir sur le champ», précise l’entrepreneur.

  • Une très faible proportion des activités illégales et des cas d’excès sont détectés, ajoute-t-il. 

Et si les gestionnaires interviennent, il y a un risque pour la sécurité de leurs employés, particulièrement s’ils doivent mettre fin à une activité illégale, soutient Earle G. Hall.

La solution d’AXES.ai est un système de gestion infonuagique des appareils de jeux. 

Ce système est constitué de 2 principaux éléments. 

L’entreprise installe sur les machines de jeu un boitier appelé Black box. Il sert à: 

  • collecter en temps réel les données sur ce que font les joueurs; et 
  • interrompre la machine en cas d’activité indésirable.

Ce boitier achemine en temps réel les données de la machine à un service-logiciel (Saas). Le gestionnaire peut y accéder par ordinateur ou appareil mobile. 

Le système peut détecter environ 70 différentes anomalies de jeu, par exemple:

  • si la vitesse et la fréquence de jeu d’un joueur sont anormalement élevées;
  • si de faux billets de banque sont introduits dans la machine; et
  • si la machine est ouverte de force.

En cas d’anomalie, le gestionnaire du casino reçoit immédiatement une alerte. Il peut alors décider d’arrêter la machine ou de bannir un joueur, et cela sans se déplacer.

Le système peut également analyser la performance de chaque machine de jeu. 

Le modèle d’affaires de l’entreprise est de vendre aux entreprises une licence mensuelle d’utilisation de son service. 

AXES.ai se concentre actuellement sur la croissance de ses ventes dans le marché de Las Vegas.

  • L’entreprise a d’ailleurs un bureau au sein du campus de l’université du Nevada, à Las Vegas, où se trouve un important centre de recherche sur le jeu responsable.

Côté développement de produit, la startup commence à intégrer dans son système des fonctions d’intelligence artificielle. Elles permettent par exemple d’évaluer:

  • si un appareil de jeu est situé au bon endroit; et
  • si l’appareil est adapté à la clientèle.

Elle développe aussi des fonctions qui permettent au joueur de se connecter à un profil personnel pour pouvoir jouer, ce qui est obligatoire dans plusieurs pays.

Depuis son lancement en 2011, l’entreprise a effectué 7 tours de financement, dont 3 menés par Anges Québec.

Prochaines étapes

Earle G. Hall croit que l’industrie du jeu évolue vers un modèle qui exclut l’argent comptant physique. Dans cette perspective, l’entreprise projette de développer de nouvelles fonctions qui seront adaptées à la réalité des transactions entièrement numériques.

Félix Côté