ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Entrevue

Les équipements contre la Covid installés dans les classes suffiront-ils?

Publié le 16 août 2022
par Johanna Sabys

(Source: Taylor Wilcox / Unsplash)

  • À 2 semaines de la rentrée scolaire, le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge a annoncé que 90 000 lecteurs de CO2 et plus de 1400 échangeurs d’air avaient été installés pour assurer «un suivi continu» et «une bonne qualité de l’air» dans les écoles. 
  • Le professeur André Veillette, immunologiste à l’Institut de recherches cliniques de Montréal, doute toutefois que les équipements installés soient suffisants pour contrer le virus. «Les accomplissements du gouvernement dans les écoles n’ont pas été un grand succès jusqu’ici», dit-il à InfoBref.   

Québec devrait donner «plus de détails», croit le professeur Veillette. 

Il attend de voir «les résultats et les informations qui seront communiqués pour rassurer les parents». 

«Le gouvernement devra démontrer que la situation est sous contrôle», dit-il.  

Pour l’instant, on ne sait pas:  

  • «quels travaux ont été faits ni où ils ont été faits; ni 
  • si toutes les classes qui avaient des soucis de ventilation ont obtenu des échangeurs d’air». 

Les capteurs de CO2 ne sont que des «thermomètres» qui mesurent le CO2 dans une pièce, observe-t-il, «ils ne régleront pas le problème». 

  • Pour améliorer la ventilation des classes, «il faut que les gens surveillent [les résultats donnés par les capteurs] et réagissent aux chiffres».
  • «Si la ventilation n’est pas bonne, le taux de CO2 monte, explique-t-il. Il est alors important de changer l’air pour limiter la propagation du virus.» 

Dans la majorité des classes, qui ne sont pas équipées d’échangeurs d’air, le gouvernement recommande simplement d’ouvrir les fenêtres, même en hiver.  

Johanna Sabys