ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS PROFESSIONNELS ET
GENS D’AFFAIRES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Analyse POLITIQUE

Vaccins: le Canada doit retrouver son autonomie

Publié le 5 fév 2021
Bernard Descôteaux
par Bernard Descôteaux
Chroniqueur politique à InfoBref, ancien directeur du Devoir

Justin Trudeau (Source: YouTube)

  • Tout devait bien se passer, mais rien ne se passe comme prévu. Amorcée dès décembre, la campagne de vaccination contre la Covid-19 prévoyait de rejoindre tous les Canadiens d’ici le mois de septembre. Aujourd’hui, rien n’est moins sûr.
  • Les problèmes successifs d’approvisionnement de vaccins montrent la vulnérabilité du Canada en matière de production de médicaments stratégiques.

Un premier de classe. C’est ainsi que s’imaginait être le gouvernement Trudeau en préparant cette campagne de vaccination. Il avait de bons atouts dans son jeu:

  • Des ententes d’approvisionnement avec sept des pharmaceutiques qui développent des vaccins contre la Covid-19 assuraient au Canada l’accès à quelque 400 millions de doses.
  • Les premiers vaccins, ceux de Pfizer-BioNTech et de Moderna, furent approuvés rapidement par Santé Canada. Fin décembre, ne restait plus qu’à «mettre ces vaccins dans le bras des Canadiens».

Aujourd’hui le Canada n’est pas ce premier de classe. Il se trouve plutôt au 17e rang.


Le gouvernement Trudeau n’avait pas tout dit. Les ententes avec les pharmaceutiques, qui demeurent toujours secrètes, ne prévoyaient pas de garantie de livraison prioritaire – comme nous le montrent les retards et les reports d’expédition successifs des doses de vaccins –, contrairement à Israël, à la Grande-Bretagne ou aux États-Unis.

Contre les big pharma, le Canada n’a pas de réels recours. Ses protestations n’ont rien donné.

  • Il ne peut invoquer l’intérêt national puisque tous ces fournisseurs sont de puissantes multinationales dont les sièges sociaux et les usines de production sont situés à l’étranger.
  • Le Canada n’est pour elles qu’un client parmi d’autres.

En mode réaction, le gouvernement Trudeau a choisi cette semaine de piger dans les réserves du programme COVAX de l’OMS qui est destiné à fournir des vaccins aux pays en voie de développement.

Comme contributeur à la caisse de ce programme, le Canada s’était réservé ce droit. Mais ce geste de la part d’un pays du G7 a été mal perçu ici et à l’étranger. S’il est vrai que la campagne canadienne de vaccination prend du retard, cela n’est rien en comparaison des pays du Sud.

> Découvrez les autres analyses politiques de Bernard Descôteaux, publiées chaque samedi dans InfoBref Matin

La signature d’une entente avec Novavax pour la production à Montréal du vaccin de cette compagnie ne permettra pas au Canada de rattraper ses retards. Au mieux, l’usine actuellement en construction sera en production en novembre.

Néanmoins, le Canada sera mieux outillé pour faire face à l’évolution de la pandémie qui se poursuit avec les variants de la Covid-19.

Une première pierre est ainsi posée pour que le Canada retrouve son autonomie en matière de production de vaccins. À Novavax pourrait s’ajouter l’usine de Medicago actuellement en construction à Québec, où cette firme entend produire son propre vaccin.

La pandémie a démontré à quel point le Canada est devenu vulnérable au fil des années en laissant à d’autres la production de biens stratégiques en matière de santé.

  • Rappelons-nous: tout manquait en mars dernier pour réagir à cette pandémie, des écouvillons pour les test aux masques et équipements de protection, ou instruments de soins comme les respirateurs.

Colmater les brèches comme on le fait en urgence ne suffit pas.

Il faut, avec les provinces, doter le pays d’une stratégie qui assurera sa sécurité d’approvisionnement de matériel de santé et garantira son autonomie.

Pour recevoir l’analyse politique de Bernard Descôteaux chaque samedi dans votre courriel: abonnez-vous gratuitement ici au bulletin de nouvelles quotidien InfoBref Matin (et à son complément InfoBref Soir pour un survol de l’actualité à 16h)

Bernard Descôteaux