ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS Entrepreneurs, gestionnaires et professionnels du Québec

Voici l’info qu’il vous faut: pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour en semaine

Une suggestion surprenante pour relancer l’économie: taxer… le télétravail

Publié le 16 nov. 2020
par Alain McKenna

(Source: Unsplash)

  • Alors qu’on commence à envisager un retour à la normale vers 2022, bien des gens et des entreprises seront tentés de prolonger leurs conditions de télétravail actuelles.
  • Cela pourrait nuire à la reprise économique, avertissent des économistes, qui proposent des solutions radicales, dont au moins une que peu apprécieront: une taxe sur le télétravail.

La part des employés travaillant de la maison est passée de 10 à 40% de la main-d’œuvre canadienne durant la pandémie, et elle pourrait se stabiliser autour de 25% à plus long terme, selon Statistique Canada.

Tout ce télétravail crée un déséquilibre coûteux pour l’économie, estime dans un rapport Jim Reid, chercheur pour la Deutsche Bank.

  • «Ces gens se sont retirés de l’économie – ils ont cessé de contribuer à l’infrastructure économique, et pourtant ils continuent d’en tirer des bénéfices», fait-il valoir.
  • «Un moyen d’éviter des villes zombies est de considérer des mesures radicales d’urbanisme.»

L’urbanisme radical que propose la Deutsche Bank consiste essentiellement à rendre l’économie plus agile face à une société changeante.

  • Par exemple, taxer de 5% le salaire des télétravailleurs permettrait de financer une aide aux commerçants situés dans des tours à bureaux maintenant désertes.
  • À l’échelle du Canada, une telle taxe représenterait la somme de 5 milliards $.

«Les banques aussi font dans les pièges à clics», a rapidement réagi la Tax Foundation américaine, un think tank de Washington qui trouve farfelue cette suggestion de taxer le travail à distance.

Alain McKenna