ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Le Maine dit non aux lignes haute tension, mais Hydro-Québec persiste dans son projet

Publié le 3 nov. 2021
par Patrick Pierra

(Source: Unsplash)

  • Selon les résultats préliminaires du référendum tenu mardi dans le Maine, les citoyens se sont prononcés à 60% en faveur de l’interdiction de construire des lignes de haute tension sur tout le territoire de l’État. 
  • Ce résultat coupe l’herbe sous le pied d’Hydro-Québec: la société d’État projette de vendre son hydroélectricité à la ville de Boston, dans le Massachusetts. Mais elle devait y acheminer son électricité par la ligne d’interconnexion Appalaches-Maine, dont la construction, entamée depuis l’an dernier, est menacée.

Le Contrat avec le Massachusetts doit durer 20 ans et procurer des revenus de 10 milliards $ à Hydro-Québec. 

Hydro-Québec compte tout de même aller de l’avant, malgré le résultat du référendum.

  • La société a déclaré par communiqué qu’elle entreprendra «les actions nécessaires pour faire reconnaître ses droits et assurer la poursuite de la construction du projet».

Sophie Brochu, PDG d’Hydro-Québec, a affirmé au 98.5 que «cette ligne va se construire». Elle a:

  • répété plusieurs fois qu’Hydro-Québec ferait valoir ses droits; et
  • indiqué que la construction de la ligne se poursuivait malgré le référendum.

François Legault dit que le Québec a un plan B.

En mêlée de presse en marge de la Cop26, à Glasgow, il a indiqué:

  • qu’il y a «différents moyens» et «différents chemins» pour se rendre au Massachusetts; et
  • que «le gouvernement fédéral américain appuie le projet».

Le ministre de l’Énergie, Jonatan Julien, a ensuite précisé en point de presse à l’Assemblée nationale:

  • «On avait toutes les autorisations pour faire [ce projet] et on compte bien le poursuivre.»
  • Le gouvernement et Hydro-Québec vont envisager des recours juridiques.

Hydro-Québec essuierait un deuxième revers d’envergure si la construction de la ligne Appalaches-Maine devait être annulée.

  • En 2018, une vague d’opposition citoyenne au New Hampshire avait forcé la société à abandonner son projet de ligne Northern Pass qui devait alimenter Boston.

Hydro-Québec dit avoir déjà investi plus de 400 millions de $ dans le projet actuel de ligne Appalaches-Maine.

Patrick Pierra