ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEURS ET
PROFESSIONNELS

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos bulletins d’information. Vous ne recevrez pas de courriels de partenaires commerciaux et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Entrevue

Québec peut-il vraiment taxer les non-vaccinés?

Publié le 12 janv. 2022
par Johanna Sabys

Le professeur Olivier Jacques, politologue à l’École de santé publique de l’Université de Montréal

  • Le gouvernement Legault veut imposer dès la prochaine déclaration d’impôt une pénalité financière aux Québécois qui refusent, sans raison médicale, de se faire vacciner contre la Covid-19.  
  • «Est-ce qu’il peut le faire? Je pense que oui, répond à InfoBref le professeur Olivier Jacques, politologue à l’École de santé publique de l’Université de Montréal. Une amende pour ne pas être vacciné ne va pas à l’encontre de la Loi canadienne sur la santé.» Mais la mesure sera «certainement» contestée. 

On ne sait pas encore à quel point cette mesure augmenterait le taux de vaccination, souligne le professeur Jacques: «Personne ne l’a encore fait».  

Québec pourrait être l’un des premiers gouvernements à appliquer une telle taxe. 

En Europe, quelques pays prévoient déjà de faire payer les non-vaccinés.  

  • L’Autriche veut imposer une amende de 7 200 euros (plus de 10 000 $) aux non-vaccinés lorsque la vaccination obligatoire entrera en vigueur le mois prochain pour tous les Autrichiens de 14 ans et plus. 
  • En Italie, le gouvernement songe aussi à une amende: la vaccination deviendra obligatoire le 15 février dans le pays pour les plus de 50 ans. 

«Le gros problème de la taxation», dit Olivier Jacques, c’est qu’elle nous entraîne «sur une pente glissante. On doit réfléchir à comment on finance nos systèmes de santé.»

  • Avec cette taxe, le gouvernement souhaite pénaliser «les personnes qui ont le plus de risque d’être malades». 

«La taxe risque de toucher des personnes vulnérables», craint-il. 

D’autres mesures pourraient être efficaces, croit Olivier Jacques, comme élargir le passeport vaccinal:  

  • à des milieux de travail – «en théorie, la vaccination devrait être obligatoire dans les secteurs de la santé et de l’éducation, mais ce n’est pas facile à implanter»; et 
  • à d’autres commerces – «à l’exception des épiceries et des dépanneurs, l’ensemble des commerces pourraient être touchés». 

Si cette taxe est imposée, «ce serait plus juste qu’elle soit progressive, en fonction des revenus des non-vaccinés, mais je ne suis pas sûr que le gouvernement puisse faire ça». 

  • Pour mettre en place une taxe progressive dans la prochaine déclaration, il faudrait que Revenu Québec puisse rapidement accéder au statut vaccinal des Québécois. 
Johanna Sabys