ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Legault a dit pourquoi il ne voulait pas augmenter le nombre d’immigrants

Mis à jour le 8 sept. 2022
par Johanna Sabys

François Legault (Source: Bureau du premier ministre)

  • François Legault a expliqué hier que les Québécois sont «pacifiques», qu’ils n’aiment pas «la chicane», «les extrémistes» ni «la violence», et qu’il faut «s’assurer» de garder cette «façon de vivre chez nous». 
  • Lors d’un point de presse, le premier ministre sortant a dit qu’il s’inquiétait du plus grand nombre d’immigrants que le gouvernement fédéral compte accueillir au pays à compter de l’an prochain – soit 450 000 nouveaux arrivants.  

Le défi d’intégration est plus grand au Québec, affirme François Legault. 

Selon lui, c’est toujours un défi, mais avec les seuils d’immigration fixés par Ottawa, le Canada devient presque, toutes proportions gardées, l’un des pays qui accueillent le plus d’immigrants au monde. 

  • Il croit que le défi d’intégration est encore plus grand au Québec en raison de la langue.

Les partis d’opposition ont dénoncé ses propos

La cheffe libérale Dominique Anglade croit que faire un lien entre la violence et l’immigration est «extrêmement dangereux», et que «ce genre de discours n’a pas sa place au Québec». 

La députée solidaire Ruba Ghazal s’est dite «sous le choc» et «blessée» par les propos du premier ministre. Elle lui a demandé de les corriger et d’expliquer ce qu’il voulait dire.

Sur Twitter, François Legault a répondu en fin de journée qu’il n’avait pas voulu «associer l’immigration à la violence».

  • Il s’est dit «désolé» que ses propos aient pu «porter à confusion».
Johanna Sabys