ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Les producteurs de malbouffe sont massivement présents sur les réseaux sociaux

Publié le 17 nov. 2022
par Félix Côté

(Source: Unsplash)

  • Les 40 principales marques qui vendent au Canada des produits de restauration rapide, ou riches en sucre, en sel et en graisses saturées, ont été mentionnées près de 17 milliards de fois en 2020 par des utilisateurs canadiens de médias sociaux. C’est ce qu’indique une étude de l’Université d’Ottawa financée par la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC. 
  • Ces messages ont généré 42 milliards d’impressions. Ces impressions sont les occasions que les publications aient pu être vues par des utilisateurs.

L’étude se penche spécifiquement sur les marques de restauration rapide et sur les entreprises qui vendent des boissons sucrées, des bonbons et des collations malsaines. 

  • Dans ces catégories, les marques les plus souvent partagées sur les réseaux sociaux sont Tim Hortons, McDonald’s, A&W, Coca-Cola, Pepsi et Gatorade.

Une large part des publications qui contribuent à faire la promotion de ces marques est véhiculée par les utilisateurs

Selon l’étude, près d’une publication d’aliment sur cinq auxquelles sont exposés les enfants sur les réseaux sociaux provient de contenu généré par des utilisateurs.

Les auteurs de l’étude y voient un risque pour les jeunes: ils seraient plus vulnérables au contenu généré par les utilisateurs «en raison du sentiment de confiance accru [qu’ils accordent à ce type de contenu] et de la familiarité au sein de leurs réseaux sociaux». 

Ils appellent le gouvernement fédéral à respecter son engagement de légiférer pour mieux encadrer les publicités qui ciblent les enfants.

Félix Côté