ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Entrevues des chefs des 5 partis fédéraux à Radio-Canada – voici l’essentiel

Mis à jour le 30 août 2021
par Johanna Sabys

(Source: Twitter)

  • Justin Trudeau, Erin O’Toole, Yves-François Blanchet, Jagmeet Singh et Annamie Paul ont répondu hier soir en direct aux questions des chefs d’antenne Anne-Marie Dussault, Patrice Roy et Céline Galipeau. 
  • Le chef libéral assume tous ses choix, le chef conservateur défend sa nouvelle approche, le chef bloquiste veut conserver un gouvernement minoritaire, le chef néo-démocrate croit pouvoir «livrer» plus que les libéraux, et la cheffe verte veut s’assurer que le Canada adopte «un plan climat ambitieux».

Le chef du Parti libéral Justin Trudeau assume tous ses choix.

  • Il ne regrette pas d’avoir lancé des élections anticipées, car le pays a de grandes décisions à prendre «pour en finir avec la pandémie et relancer l’économie» – et ce ne sera «pas forcément» sa dernière campagne.  
  • Il est prêt «à discuter» de l’augmentation des transferts en santé avec les provinces, mais voudra «s’assurer que l’argent va à la bonne place». 
  • Il affirme que son gouvernement «est en voie d’éliminer les subventions aux énergies fossiles», en soulignant que ces subventions visent principalement à réduire les émissions des industries.

Le chef du Parti conservateur Erin O’Toole défend sa nouvelle approche.

  • Il dit être «un nouveau chef, avec une nouvelle approche», notamment sur le climat, et il croit que le plan conservateur permettra d’atteindre les objectifs de Paris. 
  • Il a refusé de dénoncer les propos de la députée conservatrice ontarienne Cheryl Gallant, qui a allégué que les libéraux prévoiraient d’imposer un «confinement climatique»; et de s’engager à honorer l’entente de 6 milliards $ conclue entre Ottawa et Québec pour les garderies.
  • Il ne promet pas d’offrir la hausse de 28 milliards $ que les provinces réclament immédiatement en santé, mais s’engage bien à augmenter les transferts d’au moins 6% par an «sans condition».

Le chef du Bloc québécois Yves-François Blanchet veut un gouvernement minoritaire.

  • Il croit qu’un gouvernement majoritaire serait «la pire chose qui peut arriver». Si le gouvernement est minoritaire, quel que soit le parti au pouvoir, le Bloc pourra, dit-il, «tirer son épingle du jeu». 
  • Il a expliqué pourquoi l’indépendance du Québec n’est pas mentionnée dans la plateforme électorale du Bloc: en pleine pandémie, «ce n’était pas le temps d’en parler». 
  • Il maintient que le projet de 3e lien entre Québec et Lévis a «un potentiel écologique», mais que c’est à Québec de le prouver, et de prendre toutes les décisions.  

Le chef du NPD Jagmeet Singh croit pouvoir «livrer» plus que les libéraux.

  • Il compte gagner le prochain scrutin fédéral. Mais il a tout de même concédé que, si ce n’était pas le cas, son parti ne pourrait pas travailler avec un gouvernement conservateur. 
  • Il reconnaît qu’il sera difficile de réduire les émissions de GES de moitié d’ici 2030, mais que le Canada peut y arriver, notamment en coupant immédiatement les subventions aux énergies fossiles et en s’opposant au projet de pipelines, ou au projet autoroutier de 3e lien entre Québec et Lévis. 
  • Il a confirmé qu’il souhaite imposer dès que possible la vaccination anti-Covid aux fonctionnaires fédéraux, et exclure la recherche de profits dans les résidences de soins de longue durée.

La cheffe du Parti vert Annamie Paul veut s’assurer que le Canada adopte «un plan climat ambitieux». 

  • Elle aussi s’est dit en faveur d’un gouvernement minoritaire, et souhaite avant tout défendre «un plan climat ambitieux», en affirmant que son parti est le seul à proposer un «plan crédible» capable de réduire suffisamment les émissions de GES. 
  • Elle n’est pas pour la vaccination obligatoire des fonctionnaires, et veut trouver «des options raisonnables» pour les personnes qui ne peuvent pas être vaccinées à cause de raisons médicales. 
  • Elle a refusé de s’exprimer sur la contestation de son leadership au sein de son parti.
Johanna Sabys