ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEURS ET
PROFESSIONNELS

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos bulletins d’information. Vous ne recevrez pas de courriels de partenaires commerciaux et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Tendances MÉDIAS

Émoji: assiste-t-on à l’émergence d’une langue universelle?

Publié le 28 mai 2021
Steve Proulx
par Steve Proulx
Chroniqueur médias à InfoBref

[photo: Domingo Alvarez E | Unsplash]

  • Mercredi dernier, les députés de l’Assemblée nationale ont adopté à l’unanimité une motion, présentée par le Parti québécois, afin que le drapeau du Québec soit ajouté à la banque d’émojis.
  • Ce serait une façon de s’assurer que le Québec soit représenté dans cette collection de hiéroglyphes modernes qui contribue, 😕, à l’appauvrissement des langues locales… dont le français.

Le gouvernement du Québec ira donc plaider auprès du consortium Unicode, l’organisation sans but lucratif qui gère le standard Unicode (dont les émojis), afin que l’émoji drapeau du Québec soit créé, et ce, ⏩ «dans les plus bref délais» ⏩.

D’autres nations ou territoires qui ne sont pas des pays souverains, comme l’Écosse et le Texas, ont déjà leurs émojis. Pourquoi pas le Québec?

Tant qu’à y être, on devrait profiter de l’occasion pour suggérer d’autres émojis qui manquent cruellement à nos conversations en ligne: l’émoji poutine, l’émoji sirop d’érable et l’émoji cône orange. Ce serait vraiment 🤩.

Depuis la création des 176 premiers émojis en 1999, leur nombre a été multiplié par vingt. Aujourd’hui, il est possible de puiser dans une banque de 3353 pictogrammes pour ponctuer nos conversations en ligne.

À sa dernière mise à jour en septembre dernier (la version 13.1), la «langue émoji» s’est enrichie de 117 nouveaux petits dessins, la plupart afin d’inclure les couples gais, mixtes ou les différentes identités de genres.

En raison de la pandémie de 😷, la prochaine mise à jour de la banque d’émojis par le consortium Unicode (la version 14.0) a été repoussée. La période pour proposer de nouveaux émojis est ouverte depuis le 15 avril, et les propositions seront acceptées jusqu’au 31 août.

Au terme d’un laborieux processus de sélection, c’est en janvier 2022 que nous pourrions donc avoir la possibilité d’envoyer un drapeau du Québec par texto à nos amis.


L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent les deux bulletins quotidiens d’InfoBref. Essayez-les: abonnez-vous gratuitement ici ou cliquez sur le bouton «Infolettres» en haut à droite


L’émergence d’une langue mondiale:

Plus de 90% des utilisateurs de médias sociaux auraient aujourd’hui recours aux émojis; plus de 5 milliards seraient échangés chaque jour.

Ces hiéroglyphes du XXIe siècle s’imposent de plus en plus comme une forme de communication universelle. Du Japon au Togo, tout le monde comprend 😀.

Les émojis nous permettent de gagner en efficacité (pourquoi perdre de précieuses secondes de sa vie à écrire «Je suis en train de faire du vélo» quand on peut écrire 🚴?), mais nous permettent surtout d’ajouter des émotions à nos courriels sans avoir à manier la prose comme Victor Hugo (un sarcasme accompagné d’un 😉 évitera les malentendus).

La langue émoji a même ses métaphores: qui aurait cru qu’une simple aubergine 🍆 aurait un jour une connotation «18 ans et plus»?


Découvrez les autres chroniques Tendances Médias de Steve Proulx, une de nos chroniques d’experts publiées chaque samedi dans InfoBref Matin


L’émoji n’est pas (pour l’instant) une langue très riche. J’ai lu des histoires classiques pour enfants traduites en émojis, et franchement, même si on dit qu’une image vaut mille mots, on perd quand même certaines nuances…

Il n’en demeure pas moins que les émojis occupent une place grandissante dans nos conversations. Or, chaque fois qu’un émoji est appelé en renfort, c’est un mot de notre langue locale qui reste sur le banc. Et les mots qu’on ne se donne plus la peine d’utiliser finissent par disparaître.⚰️

Ce n’est pas encore un enjeu, mais imaginons le monde dans 20, 30 ou 50 ans. Si l’on continue à remplacer la langue écrite par des pictogrammes, j’ose à peine imaginer quel genre de français on parlera au Québec.

Heureusement, on aura peut-être un fleurdelysé émoji à agiter le 24 juin 😉.

Pour recevoir nos chroniques d’experts en politique, finances et techno chaque samedi dans votre courriel, abonnez-vous gratuitement ici au bulletin de nouvelles quotidien InfoBref Matin

Steve Proulx