ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS Entrepreneurs, gestionnaires et professionnels du Québec

Voici l’info qu’il vous faut: pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour en semaine

À trois jours des premières vaccinations au Canada, que sait-on du vaccin de Pfizer et BioNTech?

Publié le 10 déc 2020
par Johanna Sabys

(Source: Pfizer)

  • Les résultats complets des essais cliniques ont été publiés hier par l’une des plus grandes revues médicales, qui confirme le taux d’efficacité impressionnant du vaccin. 
  • Un comité d’experts américains indépendants a voté en faveur de son homologation par la Food and Drug Administration: elle doit donner son feu vert en fin de semaine à la campagne de vaccination américaine. 

La publication des résultats dans la revue New England Journal of Medicine confirme l’efficacité du vaccin de Pfizer et BioNTech.

  • Après une deuxième injection, faite 21 jours après la première, il réduit de 95% le risque de développer la Covid-19.
  • Cet effet s’applique, quels que soient l’âge, le sexe, l’origine ethnique et le poids de l’individu, et le fait qu’il ait déjà ou non une autre maladie.

Le vaccin peut provoquer des effets indésirables.

  • 80% des personnes vaccinées ont eu mal autour du point d’injection; beaucoup ont ressenti de la fatigue, des maux de tête ou des courbatures.
  • Après deux mois de suivi, les effets les plus inquiétants sont quatre cas de paralysie faciale temporaire, appelée paralysie de Bell, sur 18 000 vaccinés.

De plus, les autorités sanitaires britanniques ont mis en garde contre les réactions possibles chez les personnes allergiques. 

On ignore:

  • la durée de l’immunité offerte par le vaccin;
  • s’il empêche un individu vacciné d’être infecté par le virus et de le transmettre – actuellement, on sait seulement que le vaccin empêche de développer des symptômes de la maladie.

Le comité consultatif sur les vaccins de la FDA a jugé hier soir que les bénéfices du vaccin excèdent les risques chez les personnes de 16 ans et plus.

  • La FDA doit rendre sa décision ce weekend.
  • Mais après la validation du vaccin au Royaume-Uni et au Canada, son homologation aux États-Unis ne fait guère de doute. 
Johanna Sabys