ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Les travailleurs de la santé devront être vaccinés d’ici le 15 octobre

Publié le 7 sept. 2021
par Johanna Sabys

Horacio Arruda, François Legault et Christian Dubé (Source: Bureau du premier ministre)

  • Le gouvernement Legault a confirmé aujourd’hui que les travailleurs de la santé, dans le public et le privé, devront avoir reçu 2 doses de vaccin anti-Covid avant le 15 octobre.
  • Les visiteurs et les proches aidants devront aussi, à partir de cette date, présenter leur passeport vaccinal pour accéder aux établissements de santé.

Tous les travailleurs du réseau devront avoir reçu 2 doses d’ici la mi-octobre. 

  • Ceux qui ne sont pas adéquatement vaccinés à ce moment-là seront suspendus sans solde. 

Une trentaine ou quarantaine de travailleurs de la santé reçoivent chaque jour un diagnostic positif de Covid-19, indique le ministre de la Santé Christian Dubé. 

  • Ces travailleurs ne peuvent plus travailler, alors que le réseau est déjà en pénurie de main-d’œuvre. 
  • La situation, souligne le ministre, est particulièrement difficile dans le Grand Montréal où sont localisées 90% des hospitalisations aux soins intensifs.

Le Comité d’éthique de santé publique (CESP) a affirmé aujourd’hui que la vaccination obligatoire des travailleurs de la santé est justifiée.

  • Toutefois, dans son avis non contraignant, le CESP dit que la mesure pourrait être «modulée ou retardée» en fonction de l’efficacité d’autres mesures, comme le passeport vaccinal et la vaccination des enfants de moins de 12 ans – qui devrait débuter d’ici la fin de l’année.  

«Ce n’est pas aux vaccinés de payer pour les non-vaccinés», dit Christian Dubé. 

  • Le gouvernement n’acceptera pas, dit-il, que «les non-vaccinés empêchent ceux qui sont vaccinés d’avoir une certaine normalité». 
  • Il craint que, dans les prochains jours, une hausse du nombre de patients traités aux soins intensifs oblige les autorités sanitaires à faire du délestage parce que des non-vaccinés sont hospitalisés pour la Covid-19.
Johanna Sabys