ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Les grandes villes réclament 2 milliards $ par an pour répondre à l’urgence climatique

Mis à jour le 14 sept. 2022
par Johanna Sabys

Valérie Plante et d’autres mairesses et maires (Source: Twitter de la mairesse de Montréal)

  • Les 10 plus grandes villes du Québec demandent au prochain gouvernement de mettre en place un «Pacte vert» avec l’ensemble des municipalités pour les aider à s’adapter aux changements climatiques.
  • Selon les grandes villes et l’Union des municipalités du Québec (UMQ), un budget annuel de 2 milliards $ pendant 5 ans serait «essentiel» pour permettre aux municipalités de protéger leur population, leurs infrastructures et leur viabilité financière à long terme. 

Les municipalités sont en première ligne pour lutter contre les conséquences du réchauffement climatique, dit l’UMQ. 

Selon une étude réalisée par WSP et Ouranos à la demande de l’UMQ, les villes devront débourser 2 milliards $ chaque année jusqu’en 2055 pour maintenir leurs infrastructures à niveau face aux précipitations, inondations, chaleurs extrêmes et cycles de gel-dégel plus intenses.

Les villes devront mettre à niveau leurs installations de traitement des eaux, canalisations d’eaux pluviales et usées, et leur réseau routier. 

  • «Ces infrastructures seront les plus couteuses à entretenir et à rendre plus résilientes» aux changements climatiques, souligne l’UMQ. 
  • C’est pourquoi les villes doivent «immédiatement» investir dans ces infrastructures pour éviter des couts encore plus importants dans les prochaines années. 

La mairesse de Longueuil Catherine Fournier a indiqué que sa ville devra débourser 650 millions $ pour reconstruire une usine d’approvisionnement en eau potable.

À Sherbrooke, l’état des infrastructures d’eau freine la construction d’une nouvelle école secondaire, selon la mairesse Évelyne Beaudin. 

  • Il y a 2 semaines, François Legault a promis de construire cette école. 
  • Mais les services municipaux estiment que les infrastructures d’égout de la ville ne sont pour l’instant pas capables d’absorber cette nouvelle pression. 

L’UMQ invite les chefs des partis provinciaux à se prononcer sur le Pacte vert à l’occasion d’un Sommet électoral des élus municipaux, vendredi à Montréal. 

Johanna Sabys