ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Trudeau et le numéro 1 de l’Otan en Arctique pour parler de sécurité internationale

Mis à jour le 26 août 2022
par Johanna Sabys

Anita Anand, Justin Trudeau, Mélanie Joly et Jens Stoltenberg (Source: Twitter du premier ministre)

  • Justin Trudeau et le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg étaient hier à Cambridge Bay, au Nunavut. Ils y ont rencontré des troupes canadiennes, et discuté de l’impact du réchauffement climatique sur la région et de la façon dont l’Otan et ses membres assureront la sécurité dans le Grand Nord. 
  • Dans un article qu’il a publié dans le Globe and mail, Jens Stoltenberg souligne «l’importance stratégique croissante» de l’Arctique pour la sécurité euro-atlantique. 

L’invasion russe «change la donne pour la sécurité mondiale», écrit le secrétaire général de l’Otan. 

  • «Pour les missiles et les bombardiers russes, le chemin le plus court vers l’Amérique du Nord serait au-dessus du pôle Nord.»

Selon lui, le Grand Nord est menacé par «le réchauffement climatique et la concurrence mondiale croissante».

  • La fonte des glaces en Arctique «ouvre des opportunités pour les routes maritimes, les ressources naturelles et le développement économique. Mais cela augmente le risque de tensions».
  • «Les régimes autoritaires», dit-il en citant plus loin la Russie et la Chine, sont «disposés à recourir à l’intimidation ou à l’agression militaire pour atteindre leurs objectifs».

Cette visite a lieu au moment où des troupes canadiennes effectuent une opération de 6 semaines en Arctique baptisée Nanook [explications sur cette mission (3 août)]. 

  • Justin Trudeau, Jens Stoltenberg, la ministre de la Défense Anita Anand et la ministre des Affaires étrangères Mélanie Joly ont rencontré les soldats canadiens sur place. 

Au cours de leur passage au Nunavut, ils ont également visité: 

  • les installations du système d’alerte du Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord (Norad); et 
  • la Station canadienne de recherche dans l’Extrême-Arctique.

Pour aller plus loin: Le Canada doit-il avoir peur de la Russie? 

Johanna Sabys