ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEURS ET
PROFESSIONNELS

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos bulletins d’information. Vous ne recevrez pas de courriels de partenaires commerciaux et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

À Washington, Trudeau fait face au protectionnisme de Biden

Publié le 18 nov. 2021
par Johanna Sabys

Joe Biden et Justin Trudeau (Source: compte Twitter de Joe Biden)

  • Le président américain recevait jeudi Justin Trudeau, pour la première fois à la Maison-Blanche, dans la cadre du premier Sommet des leaders nord-américains en plus de 5 ans.
  • Mais Joe Biden ne cache pas son jeu. «Le Buy American n’est pas une promesse, dit-il, c’est une réalité». Le Congrès va étudier son plan social et environnemental de 1750 milliards $US, qui comprend des mesures qui nuiraient aux exportations canadiennes. 

Le ton des discussions est beaucoup plus chaleureux que sous l’administration Trump, soulignait hier l’expert en politique américaine John Parisella [notre article de mardi matin]. 

Biden et Trudeau ont débuté leur rencontre par des louanges réciproques devant les caméras. 

  • Biden a affirmé que la relation avec le Canada est «l’une des relations les plus faciles et l’une des meilleures» qu’aient les États-Unis.
  • Trudeau a, lui, souligné que les 2 pays sont solidement alignés en matière d’environnement et de lutte contre la pandémie.

Mais des discordes sont en vue en matière de commerce.  

Le plan de dépenses sociales et environnementales de Joe Biden prévoit un crédit d’impôt allant jusqu’à 12 500 $US pour inciter les Américains à acheter des véhicules électriques fabriqués aux États-Unis.

Le Canada se sent menacé.

À la veille du sommet, la vice-première ministre Chrystia Freeland avait mis en garde Washington sur ce crédit d’impôt qu’elle juge «absolument contre» l’Accord Canada-États-Unis-Mexique (ACEUM).

Biden dit qu’il ne sait pas si un compromis pourra être négocié. 

  • Le président a rappelé que le projet n’avait pas encore été adopté et qu’il ignore donc quelle sera la teneur exacte de la future loi.
  • Il y a «plusieurs facteurs complexes, dit-il, nous allons en parler plus en détail».
Johanna Sabys