ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEURS ET
PROFESSIONNELS

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos bulletins d’information. Vous ne recevrez pas de courriels de partenaires commerciaux et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Hydro-Québec pourra-t-elle acheminer son hydroélectricité au Massachusetts? Le Maine se prononce demain

Publié le 1er nov. 2021
par Félix Côté

(Source: Unsplash)

  • L’avenir de la ligne d’interconnexion Appalaches-Maine est incertain: cette ligne de 233 km, dont l’objectif est d’acheminer et vendre l’hydroélectricité d’Hydro-Québec à la ville de Boston, dans le Massachusetts, fait l’objet d’un référendum dans l’État du Maine où la construction est déjà entamée. 
  • Les habitants du Maine doivent se prononcer demain sur l’interdiction de construire des lignes de haute tension sur tout le territoire de l’État, rétroactivement à 2020. Si le Oui l’emporte, Hydro-Québec pourrait perdre des revenus de 10 milliards $ sur une période de 20 ans. 

Le clan du Oui regroupe des entreprises, des élus et des groupes environnementaux. Il juge que l’énergie doit être produite localement, comme l’énergie solaire et éolienne. 

  • Les partisans du Oui avancent aussi que la construction de la ligne d’interconnexion Appalaches-Maine entraine la destruction de plusieurs milieux naturels. 
  • Paradoxalement, le Oui a formé une alliance avec des producteurs locaux de gaz naturel – une énergie plus polluante que l’hydroélectricité – pour financer leur campagne, qui a couté 26 millions $US.

Hydro-Québec et son partenaire américain Central Maine Power ont quant à eux dépensé presque 68 millions $US pour financer la campagne du Non.

Un projet environnemental?

Le projet a reçu l’appui du gouvernement de Joe Biden.

  • La secrétaire à l’Énergie, Jennifer Granholm, a appelé les citoyens du Maine à voter Non à l’interdiction.
  • Sur Twitter, elle a rappelé que la construction de la ligne permettrait de réduire en émission de gaz à effet de serre l’équivalent de 700 000 voitures.

En revanche, les partisans du Oui craignent que la portion de 85 kilomètres de la ligne qui passe par la forêt de Northwoods détruise une part importante de la faune et de la flore.

Si le Oui l’emporte, il s’agirait d’un second revers pour Hydro-Québec. 

  • En 2018, la société d’État québécoise avait déjà essuyé un revers en tentant de faire passer sa ligne Northern Pass par le New Hampshire pour alimenter Boston. 
  • Dans le Maine, le Oui et le Non étaient au coude à coude dans les derniers sondages.
Félix Côté

Dernières nouvelles