ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS Entrepreneurs, gestionnaires et professionnels du Québec

Voici l’info qu’il vous faut: pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour en semaine

Que vaut le Plan économie verte pour l’environnement?

Publié le 16 nov. 2020
par Johanna Sabys
  • Le gouvernement s’engage à investir 1,3 milliard $ chaque année jusqu’en 2026 pour réduire les émissions de gaz à effet de serre du Québec.
  • Mais le plan annoncé hier n’impose aucune cible contraignante, et il permettrait au Québec de réaliser moins de la moitié des engagements de réduction des GES qu’il a pris pour 2030.

Les mesures énoncées dans le Plan pour une économie verte 2030 devraient faire baisser les émissions de 12,4 millions de tonnes.

Cette baisse, si elle est atteinte, serait très loin des engagements que le Québec a pris en 2015: atteindre, en 2030, un volume annuel d’émission de GES qui soit de 37,5% inférieur à celui de 1990.

L’objectif du PEV 2030 ne correspond ainsi qu’à 42% des engagements du Québec pour 2030.

Le gouvernement espère cependant se rapprocher de l’objectif initial d’ici 2030, en ajoutant d’autres mesures à celles annoncées hier. Il promet également de réviser le plan chaque année pour vérifier son efficacité.

Les acteurs qui misent sur l’électrification des transports, et dont les affaires devraient profiter du virage électrique, saluent les mesures.

  • La compagnie Lion Électrique, qui fabrique des véhicules zéro émission, se réjouit en particulier de l’importance accordée à l’électrification des autobus scolaires et de l’aide permettant de réduire le coût d’achat des véhicules servant au camionnage urbain.

Mais l’opposition dénonce un manque d’ambition et des mesures non contraignantes.

  • Le Parti Québécois et Québec solidaire reprochent au gouvernement de revoir les cibles de réduction de GES du Québec à la baisse.
  • Le PQ lui reproche d’acheter des droits de polluer sur le marché du carbone au lieu d’encourager la transformation énergétique.
  • QS regrette que le plan n’impose aucune cible contraignante pour s’assurer du respect des engagements.
Johanna Sabys