ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEURS ET
PROFESSIONNELS

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos bulletins d’information. Vous ne recevrez pas de courriels de partenaires commerciaux et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Merck veut commercialiser un médicament pour soulager les symptômes de la Covid-19

Publié le 1er oct. 2021
par Félix Côté

(Source: Unsplash)

  • Le laboratoire pharmaceutique américain va demander à l’agence américaine des médicaments (FDA) l’autorisation pour commercialiser le Molnupiravir, un médicament qui diminuerait de moitié les risques d’hospitalisation et de décès chez les personnes infectées de la Covid-19. 
  • S’il est autorisé, ce médicament deviendrait le premier traitement par voie orale contre la Covid-19 à être disponible sur le marché. 

Merck a publié les résultats d’un essai clinique mené sur 775 personnes atteintes de la Covid-19 et considérées à plus haut risque de complications en raison de problèmes de santé (obésité, diabète ou problèmes cardiaques).

  • Les participants ont consommé le Molnupiravir dans les 5 jours suivant l’apparition de leurs symptômes.
  • 30 jours plus tard, 7,3% des personnes qui avaient pris le médicament ont dû être hospitalisées et aucune n’est décédée.
  • Pour comparaison, 14,1% des participants qui avaient reçu un placebo ont été hospitalisés et 8 sont décédés.

D’autres médicaments pour traiter les symptômes de la Covid-19 sont déjà sur le marché.

  • Mais il ne s’agit pour le moment que de traitements par intraveineuse ou par injection, plus compliqués à administrer. 

L’autorisation d’un nouveau médicament par voie orale pourrait réduire les impacts de prochaines vagues de contamination. 

  • Merck veut bientôt demander à d’autres pays l’autorisation de commercialiser son médicament sur leur territoire. 
  • L’entreprise affirme qu’elle peut produire 10 millions de doses d’ici la fin de l’année.
  • D’autres entreprises pharmaceutiques, comme Pfizer et Roche, travaillent sur des médicaments similaires. 
Félix Côté