ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEURS ET
PROFESSIONNELS

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos bulletins d’information. Vous ne recevrez pas de courriels de partenaires commerciaux et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Y’aura-t-il bientôt moins d’avions dans le ciel?

Mis à jour le 11 août 2022
par Agence Science-Presse

(Source: Unsplash)

  • Les Pays-Bas seront l’an prochain le premier pays à imposer une limite au nombre de décollages autorisés, dans l’objectif de réduire les émissions de GES du secteur de l’aviation.
  • Au Canada, les pénuries de personnel actuelles dans les aéroports contribuent à réduire temporairement le nombre de vols. Air Canada prévoit de supprimer 150 vols par jour cet été, principalement des vols nationaux ou de courte durée.

Le gouvernement néerlandais a annoncé la semaine dernière que, à compter de l’an prochain, il n’y aura pas plus de 440 000 décollages par an à l’aéroport Schiphol d’Amsterdam, le 3e aéroport le plus fréquenté d’Europe.

  • Il s’agit d’une baisse de 12% par rapport au nombre de vols d’avant la pandémie.  
  • Le ministère des Transports néerlandais affirme que cette «contribution nécessaire du secteur de l’aviation» permettra de réduire les émissions de gaz à effet de serre du pays, et la pollution sonore. 

La compagnie KLM a critiqué la décision.

Le transporteur néerlandais affirme que cette limite va nuire à la vocation de «carrefour» de l’aéroport.

À l’échelle mondiale, le secteur de l’aviation représentait en 2019 2,5% des émissions de GES. 

Le Conseil international sur les transports durables a conclu en juin que, pour faire leur part dans la lutte contre le changement climatique, les transporteurs aériens devraient passer à des carburants plus verts, et surtout réduire leur nombre de vols. 

L’an dernier, une loi française a aboli les vols en avion sur des trajets qui peuvent être accomplis par des trains en moins de 2 h 30.

Agence Science-Presse