ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEURS ET
PROFESSIONNELS

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos bulletins d’information. Vous ne recevrez pas de courriels de partenaires commerciaux et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Pourquoi le Canada veut augmenter les pesticides autorisés sur les petits fruits

Publié le 29 juil 2021
par Félix Côté

[Source: Unsplash]

  • Santé Canada mène une consultation publique sur son intention de tolérer à l’avenir des traces de pesticides jusqu’à 3 fois plus élevées qu’actuellement sur les bleuets, et jusqu’à 7 fois plus sur les framboises.
  • Si le ministère fédéral de la Santé veut augmenter les limites permises, c’est à la demande d’un autre ministère et d’un fabricant de pesticides, selon ce qu’a révélé Radio-Canada. 

Agriculture et agroalimentaire Canada, le ministère fédéral de l’Agriculture, propose d’augmenter les limites maximales de résidus pour l’insecticide sulfoxaflore sur les bleuets sauvages, autant ceux produits au pays que ceux qui sont importés. 

  • La proposition viendrait du Centre pour la lutte antiparasitaire, une filiale du ministère.
  • Ce serait une demande prioritaire pour les producteurs de bleuets de la Colombie-Britannique. 
  • Mais dans d’autres provinces, notamment au Québec, une grande partie des producteurs s’opposent à cette proposition.

Syngenta, une multinationale suisse, a demandé au ministère de l’Agriculture d’augmenter les limites permises pour le fongicide métalaxyl, qu’elle fabrique et qui est utilisé dans la culture des bleuets et des framboises. 

  • Le fabricant souhaite que son produit puisse être utilisé sur davantage de cultures au Canada. 

Santé Canada avait été critiqué la semaine dernière pour vouloir rehausser les limites de glyphosate autorisées sur les légumineuses.

  • Dans ce cas-là, c’est Bayer, une multinationale agrochimique, qui avait demandé au gouvernement fédéral de lancer une consultation publique sur le sujet.
Félix Côté