ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEURS ET
PROFESSIONNELS

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos bulletins d’information. Vous ne recevrez pas de courriels de partenaires commerciaux et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Le projet d’oléoduc Keystone XL sera-t-il l’objet du premier désaccord entre le Canada et Joe Biden?

Publié le 18 janv. 2021
par Johanna Sabys
  • Le gouvernement canadien continue de défendre le bien-fondé du projet auprès des États-Unis.
  • Mais, d’après des documents consultés par plusieurs médias, le nouveau président américain aurait déjà pris sa décision: il pourrait dès demain annuler le permis d’expansion du pipeline Keystone XL. 

Le président américain peut annuler le décret qui autorise le pipeline à transporter du pétrole des raffineries albertaines vers le Texas.

  • La décision n’a pas été confirmée par l’équipe de Biden.
  • Il s’agit néanmoins d’une de ses promesses de campagne. 

Ottawa continue à y croire.

  • Selon le ministre des Ressources naturelles Seamus O’Regan, l’oléoduc Keystone XL devrait renforcer les relations énergétiques des deux pays et créer des milliers d’emplois des deux côtés de la frontière.
  • Le ministre a assuré hier les travailleurs albertains du soutien du gouvernement.

Le NPD et le Parti vert se réjouissent de l’éventuelle fin du projet.

  • Jagmeet Singh et Annamie Paul approuvent d’avance la décision que pourrait prendre prochainement Joe Biden.
  • Selon les deux chefs, Justin Trudeau manque de leadership dans la lutte contre les changements climatiques.  

Le premier ministre albertain est prêt à saisir les tribunaux.

  • Jason Kenney dit avoir «un recours légal solide» si Biden met fin au projet.
  • Si le gouvernement américain peut empêcher le pipeline Keystone XL de traverser sa frontière, alors, craint Kenney, il pourrait prendre la même décision pour n’importe quel autre pipeline qui fournit les consommateurs américains en énergie canadienne.


Johanna Sabys