ENTREPRENEURS, PROFESSIONNELS, INVESTISSEURS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et un samedi par mois:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

Jeune entreprise québécoise innovante (Révélation 2023 de Startup Montréal)

Azimut Médical protège les hanches de vos parents et grands-parents

Mis à jour le 12 mai 2023
par Félix Côté
Azimut Médical protège les hanches de vos parents et grands-parents

Maxime Bolduc, PDG et fondateur d’Azimut Médical

  • En vieillissant, les os des personnes âgées se fragilisent, et peuvent se briser plus facilement en cas de chute. Pour une personne ainée, une fracture est souvent lourde de conséquences: il y a des risques que la personne ne s’en remette jamais complètement.
  • Pour protéger les ainés contre ces risques, Azimut Médical, une jeune pousse de Montréal, a conçu un sous-vêtement qui peut détecter une chute et se gonfler pour amortir le choc.

Le problème auquel s’attaque l’entreprise est les conséquences, pour les personnes âgées, de se fracturer une hanche en tombant.

«Le vieillissement fait que les ainés ont plus de risques de se blesser gravement lors d’une chute», dit à InfoBref Maxime Bolduc, PDG et fondateur d’Azimut Médical

«Aussi, le vieillissement augmente les risques d’être atteint d’une fragilité pathologique, comme l’ostéoporose, qui accentue le risque de fracture», ajoute-t-il.

Et en cas de fracture, les personnes âgées ont moins de chance de s’en remettre complètement qu’une personne plus jeune.

  • Environ le quart des 65 ans et plus qui subissent une fracture de la hanche décèderont dans l’année qui suit.
  • Un autre quart ne récupèreront pas complètement et demeureront alités ou en fauteuil roulant pour le reste de leur vie.

Il existe déjà des vêtements protecteurs conçus pour protéger les ainés des chutes. «Mais souvent, ces vêtements ne sont pas efficaces, dit Maxime Bolduc, et beaucoup de personnes âgées refusent de les porter parce qu’ils ne sont pas confortables et trop apparents.»

Message du commanditaire

Inscrivez-vous à notre infolettre pour recevoir toutes les deux semaines des actualités fraîches sur les startups à Montréal et au Québec

La solution d’Azimut est un sous-vêtement gonflable qui protège les hanches des ainés.

Ce sous-vêtement se porte autour de la taille, par-dessus les sous-vêtements. 

  • Il est muni de capteurs qui détectent les mouvements annonçant une chute. 
  • En cas de chute, le sous-vêtement se gonfle automatiquement avant que les hanches atteignent le sol, ce qui permet de réduire de 90% la charge d’impact sur les hanches.

Le vêtement peut être connecté au système numérique d’une résidence, et lui envoyer une alerte en cas de chute.


Pour l’essentiel des nouvelles et tendances en affaires, finances et technologies, abonnez-vous ici aux infolettres gratuites d’InfoBref ou en cliquant le bouton Infolettres en haut à droite


Le modèle d’affaires est de vendre un abonnement mensuel aux résidences pour personnes âgées.

  • Cet abonnement inclut un réapprovisionnement: si un vêtement d’Azimut est déployé lors une chute, l’entreprise fournit un vêtement de remplacement.
  • Un projet pilote est planifié avec à la résidence Habitations Bordeleau, à Saint-Charles-Borromée, dans Lanaudière.

La jeune pousse projette aussi de vendre à la pièce ses vêtements aux particuliers.

Azimut Médical fait partie des 20 jeunes pousses sélectionnées cette année dans le programme Bourse+ de Startup Montréal[Découvrez d’autres jeunes entreprises québécoises innovantes soutenues par cet organisme et par d’autres.]

Message du commanditaire

Inscrivez-vous à notre infolettre pour recevoir toutes les deux semaines des actualités fraîches sur les startups à Montréal et au Québec

Prochaines étapes:

L’entreprise s’apprête d’ici la fin de l’année à: 

  • compléter son premier tour de financement; et 
  • débuter la commercialisation de son produit au Québec et en Ontario.

En attendant, elle cherche d’autres résidences partenaires pour y implanter des projets pilotes.

À long terme, Azimut veut que son produit soit reconnu par les assureurs.

  • «Cela faciliterait l’adoption», dit Maxime Bolduc.
  • «Surtout, ajoute-t-il, cela permettrait de protéger un plus grand nombre d’ainés et ainsi de prévenir beaucoup d’accidents tragiques.»
Félix Côté