ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Hausse du prix de l’essence: Ottawa veut éviter toute collusion

Publié le 7 mars 2022
par Félix Côté

(Source: Unsplash)

  • Les prix de l’essence dans les stations-service québécoises ont fortement augmenté depuis le début de la guerre en Ukraine. Ils ont franchi ce week-end le seuil des 2 $ le litre dans certaines stations montréalaises.
  • Le gouvernement fédéral a demandé au Bureau de la concurrence de surveiller l’industrie du carburant pour éviter des «pratiques déloyales» de mise en marché. 

Le ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie François-Philippe Champagne a dit aujourd’hui qu’il a demandé au Bureau de la concurrence de «s’assurer qu’il n’y ait pas de collusion».

Dans plusieurs régions, le prix moyen affiché à la pompe est supérieur au prix «réaliste» suggéré par l’organisme CAA Québec. 

  • C’est le cas à Montréal: le prix moyen du litre y est aujourd’hui de 194,1 cents, soit 9,2 cents de plus que le prix réaliste suggéré. 

Les Québécois n’ont pas à craindre un manque d’approvisionnement en pétrole même si les prix de l’essence augmentent rapidement, a dit le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles du Québec Jonathan Julien, qui était présent lors de la déclaration de François-Philippe Champagne. 

«Il n’y a pas d’enjeux d’approvisionnement», a-t-il dit, précisant que, depuis 2019, la totalité du pétrole consommé au Québec provenait de l’Ouest canadien et des États-Unis.

Sur le marché international, le prix du pétrole a augmenté d’environ 25% depuis le début de la guerre en Ukraine.

Félix Côté