ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES, PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et chaque samedi:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

Conseils pour vos FINANCES

Cotisations REER et CELI: ce qu’il faut savoir avant de contribuer en 2021

Mis à jour le 17 fév 2023
Fabien Major
par Fabien Major
Chroniqueur en finances personnelles à InfoBref
Cotisations REER et CELI: ce qu’il faut savoir avant de contribuer en 2021

(Photo Annie Spratt/Unsplash)

[Cet article est périmé. Lisez plutôt: L’essentiel à savoir pour mieux cotiser à vos REER et CELI en 2022]

  • Le maximum que vous pouvez cotiser à votre REER correspond à 18% de votre revenu gagné l’an dernier, jusqu’à un plafond de 27 230 $. Pour que votre contribution soit déduite de vos revenus de 2020, vous devez l’effectuer avant le 2 mars 2021.
  • Le plafond de cotisation au CELI pour 2021 est de 6000 $. Il n’y a pas de date limite pour faire cette cotisation. La somme des cotisations autorisées depuis 2009 est de 75 500 $. La contribution au CELI n’est pas déductible du revenu gagné, mais contrairement au REER, les retraits par la suite ne sont pas imposables.

Le mois de février est «la saison des REER». C’est souvent en ces termes que les campagnes de marketing des institutions financières présentent la dernière ligne droite de la période de cotisation au Régime enregistré d’épargne retraite.

Que vous soyez un professionnel, un entrepreneur, un salarié ou travailleur autonome, le REER est une formidable occasion à ne pas manquer de VOUS payer avant que le fisc passe le râteau dans vos épargnes durement gagnées. 

Ceux qui ont touché la PCU et la PCRE en 2020 ont tout intérêt à cotiser au REER.

  • Cela peut avoir des effets spectaculaires dans la tranche des revenus totaux comprise entre 38 000 et 51 000 $.
  • Le fiscaliste Dany Provost a calculé qu’une cotisation à un REER de 12 000 $ pourrait ne coûter en fin de compte que 1701 $ à une famille monoparentale comptant 3 enfants.

Si durant la pandémie vous avez été très économe, il peut être opportun de rattraper une partie ou la totalité de vos droits de cotisations inutilisées.

  • Les montants inutilisés peuvent être très importants, car on peut reculer jusqu’à l’année 1991.
  • La somme de vos droits de cotisation inutilisés en REER et CELI figure dans MonDossier dans le site de l’Agence de revenu du Canada ou dans l’application web MonARC.

Attention, vous ne pouvez pas espérer recevoir un remboursement d’impôt supérieur à la somme de vos impôts annuels.

  • Si par exemple, vous avez droit de rattraper 110 000 $ en REER inutilisé, mais que la somme de vos impôts est de 37 000 $, vous devriez étaler le rattrapage de vos cotisations inutilisées sur deux ou même trois ans.
  • À terme, vous pourrez ainsi récupérer davantage d’impôt.

­Consultez la section ARGENT d’InfoBref avec chaque jour nos nouvelles brèves, et chaque samedi nos conseils de finances personnelles, consommation et investissement.
Pour les recevoir gratuitement par courriel, abonnez-vous aux infolettres d’InfoBref ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite

Qu’est-ce que le revenu gagné?

Le REER n’est pas pour tout le monde, mais presque. Contrairement à la croyance populaire, même les enfants peuvent y contribuer.

Il faut cependant avoir déclaré du «revenu gagné». De quoi s’agit-il exactement?

Le revenu gagné englobe:

  • les revenus d’emploi;
  • les revenus d’entreprise non incorporée;
  • les revenus nets de location de logements;
  • les indemnités d’invalidité du Régime des pensions du Canada (RPC) ou de la Régie des rentes du Québec (RRQ);
  • une pension alimentaire imposable.

Plusieurs sources de revenus sont donc exclues du revenu gagné, notamment:

  • tous les revenus de placement, y compris les dividendes;
  • les prestations de retraite;
  • les allocations d’un RPDB;
  • les prestations liées à un décès; et
  • les sommes reçues d’un REER, d’un Fonds enregistré de revenus de retraite (FERR) ou d’un Fonds de revenu viager (FRV).

> Lisez l’article Devenez riche grâce au CELI

Conseils d’expert

  • Il peut être avantageux de ne pas cotiser au REER pour une année si vos revenus gagnés ont été exceptionnellement faibles. Mettez alors plutôt le montant que vous voudriez cotiser au REER en réserve dans votre CELI. Vous le redirigerez vers votre REER l’année suivante, lorsque vos revenus auront remonté.
  • Faites l’effort de produire une déclaration de revenus pour vos enfants dès qu’ils gagnent des revenus, même s’ils n’ont pas d’impôt à payer. En faisant cela, vous commencerez à leur constituer immédiatement des droits de cotisation REER qu’ils seront très heureux d’utiliser lorsqu’ils gagneront des revenus plus importants.
  • Les entrepreneurs qui se paient uniquement en dividendes devraient songer sérieusement à se verser une portion de leur revenu en salaire afin de pouvoir cotiser au REER.
  • Si vos revenus gagnés sont souvent inférieurs à 40 000 $, songez à placer le CELI, plutôt que le REER, au centre de votre stratégie d’accumulation de retraite.

Pour recevoir la chronique Conseils pour VOS FINANCES de Fabien Major chaque samedi dans votre courriel, abonnez-vous gratuitement à l’infolettre InfoBref Votre argent ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite

Fabien Major