ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEURS ET
PROFESSIONNELS

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos bulletins d’information. Vous ne recevrez pas de courriels de partenaires commerciaux et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Entrevue InfoBref

Contrats sans appel d’offres: Anglade dénonce une décision «arbitraire» et craint des «dérapages»

Publié le 17 juin 2021
par Johanna Sabys

La cheffe du Parti libéral Dominique Anglade (Source: Parti libéral du Québec)

  • Quelques jours après la fin de la session parlementaire, le gouvernement Legault a autorisé hier par décret le Centre d’acquisitions gouvernementales à conclure des contrats sans appel d’offres en santé jusqu’au 31 mars 2022. 
  • La cheffe du Parti libéral Dominique Anglade explique à InfoBref que, selon elle, ce prolongement «sans débat» entre les partis «ne fait aucun sens»: le gouvernement semble «vouloir cacher de l’information à la population». 

Dominique Anglade réclame plus de transparence.

  • La cheffe de l’opposition officielle demande au gouvernement Legault de s’expliquer sur ce prolongement de 9 mois et ce qui le justifie réellement, alors que la situation sanitaire s’est grandement améliorée. 
  • Le Parti libéral du Québec a aujourd’hui interpellé une nouvelle fois la Vérificatrice générale sur ce décret.
  • Le PLQ avait déjà demandé à la VG d’enquêter sur les contrats sans appel d’offres conclus depuis le début de la pandémie.

«Il y a un problème sur la forme et le fond», dit Dominique Anglade.

Sur la forme:

  • La cheffe du PLQ déplore que le gouvernement ait attendu la fin de la session parlementaire pour faire passer ce décret: «c’est particulier, et cela ouvre la porte à plusieurs dérapages».   
  • Elle s’oppose à ce que des contrats «de milliards de dollars» puissent être conclus avec des entreprises «sans aucun contrôle».

Sur le fond:

  • Dominique Anglade aimerait comprendre «pourquoi on a besoin de faire ces contrats»: s’il y a des ruptures de stock dans certains services, «on aimerait savoir où sont les ruptures et quels sont les enjeux». 
  • Elle craint que le gouvernement cache des risques pour les patients, notamment les 150 000 personnes qui sont actuellement en attente d’une chirurgie
Johanna Sabys