ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEURS ET
PROFESSIONNELS

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos bulletins d’information. Vous ne recevrez pas de courriels de partenaires commerciaux et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Analyse POLITIQUE

Montréal doit choisir son futur visage, et pas seulement à la mairie

Publié le 8 oct. 2021
Bernard Descôteaux
par Bernard Descôteaux
Chroniqueur politique à InfoBref, ancien directeur du Devoir

[crédit photo: Boyan Lepoev | Unsplash]

  • Les élections municipales à Montréal prennent la forme d’un match revanche entre la mairesse Valérie Plante et le précédent maire Denis Coderre.
  • Au-delà des personnalités, l’enjeu principal de cette élection porte sur les milieux de vie urbaine que les Montréalais veulent se donner pour les prochaines décennies.

Le duel que se livrent Valérie Plante et Denis Coderre ne peut que retenir l’attention.

  • On l’attendait depuis l’élection de 2017.

La nouvelle mairesse, élue en prétendant «être l’homme de la situation», l’avait emporté par défaut.

  • Les Montréalais avaient d’abord voulu écarter un maire devenu trop autocratique.

L’ombre de Denis Coderre n’a depuis cessé de planer sur Valérie Plante.

En prévision de ce match revanche, l’ancien maire a entretenu l’idée d’un nouveau départ pour une métropole.

  • «Retrouver Montréal», écrivait-il en début d’année.
  • Sous-entendu: l’administration Plante était un échec que lui seul saurait corriger.

Les Montréalais l’ont d’abord cru.

Ce printemps, ils étaient prêts à lui redonner les clés de l’hôtel de ville.

Mais ses 10 points d’avance ont vite fondu.


L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent les deux bulletins quotidiens d’InfoBref. Essayez-les: abonnez-vous gratuitement ici ou cliquez sur le bouton «Infolettres» en haut à droite


Aujourd’hui, les deux candidats sont au coude à coude.

Les Montréalais ne sont donc pas à ce point déçus des 4 ans de l’administration de Projet Montréal.

Valérie Plante n’a pas été cette mairesse déconnectée des électeurs, comme l’a voulu la légende.

La moitié des Montréalais semblent partager sa vision de développement de Montréal qui met l’accent sur la qualité de la vie en milieu urbain.

Un point tournant a été le débat lancé par Denis Coderre sur la densité des constructions, la protection du Mont-Royal et la hauteur des tours au centre-ville.

Il a ainsi ramené l’attention sur la façon dont les Montréalais veulent habiter leur ville et y vivre.

La question de la densité n’est pas sans importance.

  • On prévoit 182 000 ménages de plus à l’horizon 2050.
  • Déjà, Montréal est deuxième au Canada après Vancouver avec 4916 habitants au kilomètre carré.

Qu’on le veuille ou pas, il faudra construire. Où? Comment?

  • Construire en hauteur est la solution, prétend Denis Coderre qui voit un «centre-ville de classe mondiale» se densifier avec des tours en hauteur.
  • Valérie Plante privilégie une approche plus douce, misant davantage sur les différents quartiers de la ville.

La densification, qu’importe l’approche choisie, aura un impact sur les milieux de vie et le tissu social des quartiers.

La préoccupation première des Montréalais à cet égard est la crise du logement.


Découvrez tous nos articles consacrés à l’immobilier dans la section AFFAIRES, argent et carrière d’InfoBref, et abonnez-vous à nos infolettres quotidiennes gratuites pour recevoir chaque jour l’essentiel des nouvelles (détails en cliquant le bouton Infolettres en haut à droite)


Montréal est une ville de locataires: 63% le sont.

  • Le taux d’inoccupation à 1,6% fait monter le prix des loyers ;
  • tandis que la surchauffe de l’immobilier rend l’accès à la propriété difficile pour les jeunes générations.

Valérie Plante l’a compris.

Plutôt que des tours, elle mise sur plus de logements, et sur des quartiers qui sont des milieux de vie écologiques.

Sa promesse phare de 60 000 logements à prix abordables rejoint la réalité quotidienne d’une large partie des électeurs.

La perception est que

  • Denis Coderre est avec les promoteurs de tours; et
  • la mairesse est avec les citoyens qui, eux, se méfient des promoteurs de tours.

L’an prochain, Montréal amorcera l’adoption d’un nouveau plan d’urbanisme et de mobilité.

L’orientation que lui donnera le maire, selon qu’il s’appelle Denis Coderre ou Valérie Plante, sera bien différente.

Le visage que prendra Montréal dépendra de ce choix.

Pour recevoir l’analyse politique de Bernard Descôteaux chaque samedi dans votre courriel: abonnez-vous gratuitement ici au bulletin de nouvelles quotidien InfoBref Matin

Bernard Descôteaux