ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS PROFESSIONNELS ET
GENS D’AFFAIRES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Détecteur de rumeurs

Ce qu’il faut savoir sur les effets secondaires des vaccins

Publié le 10 janv. 2021
par Agence Science-Presse

(Source: Pixabay)

  • Avec l’homologation accélérée de plusieurs vaccins contre la Covid-19, de nombreuses personnes s’interrogent sur les effets secondaires qui pourraient être observés. 
  • Tout vaccin provoque des effets secondaires chez une partie de la population. Certains ont été démontrés lors des essais cliniques des vaccins anti-Covid. 

Les effets secondaires habituels

Sur son site, le gouvernement fédéral rappelle les effets secondaires habituels des vaccins.

  • Il est normal d’avoir un peu de fièvre, des douleurs musculaires ou une rougeur, de la douleur ou de l’enflure à l’endroit de l’injection.
  • Ces réactions témoignent du fait que notre système immunitaire réagit comme il est censé le faire à l’arrivée d’un «intrus».
  • Généralement légères, ces réactions apparaissent dans les heures suivant l’injection et pour quelques jours au maximum, indique Santé Canada.

Parmi les personnes qui recevront les vaccins de Pfizer ou de Moderna, on s’attend à ce que:

  • plus de 1 sur 10 ait de la fièvre;
  • 1 sur 2 ait des maux de tête ou de la fatigue;
  • 1 sur 3 ait des courbatures ou des frissons;
  • 1 sur 5 ait des douleurs articulaires. 

Après la seconde dose, les réactions pourraient être plus prononcées, mais sans danger.

Dans les essais de phase 3 du vaccin de Pfizer: moins de 2% des personnes vaccinées ont vu leur température monter à plus de 39 °C le jour suivant.

Les effets secondaires graves sont beaucoup plus rares.

De 2013 à 2017, sur 103 millions de doses de tous les vaccins administrés au Canada, on recense:

  • 14 000 effets secondaires suivant l’immunisation (ESSI), dont 8% entrant dans la catégorie «effets secondaires graves» qui comprend une fièvre de plus de 40 °C, une enflure ou une éruption cutanée qui démange.
  • Aucun décès n’a été causé par un vaccin au Canada, selon les registres d’effets secondaires publiés par l’Agence de la santé publique.

Les réactions allergiques graves sont encore plus rares.

  • Le ministère québécois de la Santé rappelle que ces réactions allergiques graves concernent, selon le vaccin, de moins d’une dose administrée sur 100 000 à une sur 1 million.
  • Les ingrédients potentiellement allergènes contenus dans les vaccins sont répertoriés sur le site de Santé Canada.
  • Ainsi, à moins d’être allergiques à un composant du vaccin, les personnes souffrant d’allergies graves peuvent être vaccinées.

En ce qui concerne les vaccins de Pfizer et Moderna:

Le 26 décembre, le Centre de contrôle américain des maladies (CDC) publiait les premières données.

  • En date de la veille, sur 1,9 million de doses administrées, on recensait huit cas dits «sérieux» et quatre ayant conduit à une hospitalisation.
  • Dans une revue des données américaines et britanniques, deux experts pointaient le 30 décembre un composé de la «nanoparticule» de lipide à l’intérieur de laquelle le vaccin est transporté, le polyéthylène glycol, comme responsable possible de ces réactions anaphylactiques.
  • Ces réactions, comparent-ils, sont approximativement de l’ordre d’une par 100 000 ou 200 000 personnes vaccinées, contre une par million dans les vaccins habituels.



Agence Science-Presse