ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Ce que révèle une étude sur les salaires des travailleurs spécialisés

Mis à jour le 11 oct. 2021
par Johanna Sabys

(Source: Pixabay)

  • Une étude réalisée par le Conseil de l’information sur le marché du travail (CIMT) et l’Initiative de recherche sur les politiques de l’éducation (IRPE) dévoile quels sont les métiers les mieux rémunérés. Et elle montre qu’il existe encore un écart important entre les salaires des hommes et des femmes.
  • Les données confirment que les métiers spécialisés offrent des salaires attractifs, dès la première année. Un technicien en forage commence sa carrière à 110 000 $ par an. 

Le CIMT et l’IRPE ont examiné les données des 385 métiers spécialisés répertoriés dans le Système d’information sur les apprentis enregistrés (SIAI).

Environ 20% des Canadiens travaillent dans ces métiers, dans des secteurs variés comme la construction, l’automobile, la fabrication et les services. 

Ces secteurs ont su rebondir: après une perte d’emplois de près de 30% en mars et avril 2020, en décembre, le taux d’emploi était 2% au-dessus de son niveau en février 2020.

Selon l’étude, le revenu moyen de ces métiers est de 62 200 $ la première année, et de 71 600 $ à partir de la huitième année.

Les revenus les plus élevés sont ceux des techniciens en forage et des techniciens en instrumentation et contrôle: ils commencent leur carrière à respectivement 111 600 $ et 107 600 $, et peuvent atteindre plus de 150 000 $ au bout de cinq ans. 

Les personnes qui ont suivi un programme d’apprentissage gagnent en moyenne 9% de plus que les travailleurs qualifiés qui se sont formés en milieu de travail. 

Dans ces secteurs, les femmes gagnent en moyenne 46 à 47%– soit moins de la moitié – de ce que gagnent les hommes.

  • En début de carrière, elles gagnent 31 400 $, contre 67 200 $ pour les hommes. 
  • Après huit ans, même si les salaires sont plus élevés pour les deux sexes, l’écart reste pratiquement le même en proportion.

L’étude note que les métiers spécialisés les moins bien rémunérés – coiffeuse, cuisinière et boulangère-pâtissière – sont le plus souvent occupés par des femmes.

Mais les femmes gagnent également moins que les hommes dans des métiers mieux rémunérés, comme la construction et l’architecture – en moyenne 44 600 $ pour les femmes contre 57 100 $ pour les hommes.


Johanna Sabys