ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Zéro émission d’ici 2040 pour les bâtiments et véhicules du gouvernement

Mis à jour le 22 juil 2022
par Johanna Sabys

(Source: Nigel Tadyanehondo / Unsplash)

  • Le gouvernement Legault s’engage à ce que l’ensemble du parc automobile gouvernemental, y compris les véhicules lourds, et les bâtiments institutionnels n’émettent plus de CO2 au plus tard en 2040. 
  • Le ministre de l’Environnement Benoit Charette a fixé dimanche ce nouvel objectif lors de la Cop26. Il s’ajoute à l’objectif existant de terminer en 2030 la transition énergétique des véhicules gouvernementaux «légers» – automobiles, VUS et fourgonnettes. 

D’ici 2040, tous les camions et les bâtiments de Québec seront zéro émission, promet Charette. 

  • Le gouvernement s’était déjà engagé l’an dernier, dans son Plan pour une économie verte, à atteindre le même objectif d’ici 2030 pour ses véhicules légers. 

Selon Québec, les émissions de GES du gouvernement proviennent: 

  • à plus de 75% du parc immobilier public; et 
  • à près de 25% du parc de véhicules des ministères et des organismes publics.

Un plan d’action sur les changements climatiques?  

Benoit Charette s’est aussi engagé à préparer un plan d’action national conforme à l’objectif de l’Accord de Paris de limiter le réchauffement de la Terre à 1,5 °C.

  • Le ministre a signé en ce sens à la Cop26 la déclaration Further, Faster, Together: Leaders’ Actions aux côtés de l’Ontario, de la Colombie-Britannique et de plusieurs États américains. 

Dans le cadre de cette déclaration, le Québec doit également s’assurer d’atteindre plusieurs de ses objectifs: 

  • autoriser uniquement la vente, comme véhicules légers neufs, de véhicules électriques au plus tard en 2035;
  • produire une électricité carboneutre au plus tard en 2030, et sans carbone au plus tard en 2045; et 
  • favoriser une transition juste qui assure des moyens de subsistance durables aux entreprises qui dépendent encore des combustibles fossiles.
Johanna Sabys