ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEURS ET
PROFESSIONNELS

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

La Banque du Canada parie sur une croissance économique soutenue

Publié le 21 avr. 2021
par Patrick Pierra

Tiff Macklem, gouverneur de la Banque du Canada [image: Banque du Canada]

  • Elle prévoit maintenant un taux de croissance de l’économie de 6,5% cette année, 3,75% l’an prochain et 3,25% en 2023.
  • Dans l’immédiat, la Banque maintient son taux directeur à 0,25%, mais elle envisage de l’augmenter dès le milieu de l’an prochain – plus tôt qu’elle le prévoyait auparavant.

La Banque du Canada a publié hier son plus récent Rapport sur la politique monétaire du Canada.

Ses prévisions de croissance sont plus optimistes que les précédentes.

  • «Les perspectives économiques se sont améliorées tant à l’échelle mondiale qu’au Canada, note le communiqué de la Banque qui accompagne son rapport. L’activité a mieux résisté que prévu à la pandémie de Covid-19 et la vaccination avance.»
  • Même si la Banque est consciente de l’impact négatif de la troisième vague, elle croit que «la progression de la vaccination et la réouverture de l’économie devraient entraîner au second semestre de l’année un fort rebond de la consommation». 

L’intervention exceptionnelle de la Banque due à la pandémie se poursuit, mais elle s’amenuise progressivement.

  • À court terme, la Banque va réduire d’un quart ses achats d’obligations du Canada.
  • Elle prévoit de continuer ces achats, que l’on appelle «l’assouplissement quantitatif» et qui visent à soutenir l’économie.
  • Mais elle les ajustera chaque semaine, à mesure que la reprise devrait les rendre moins nécessaires.

Les taux d’intérêt pourraient remonter l’an prochain.

  • Alors que la Banque n’envisageait pas auparavant d’augmenter son taux directeur avant 2023, elle envisage maintenant de le faire à partir de la mi 2022.

Même si aucune de ces annonces ne constitue un changement drastique, la Banque de Canada apparaît maintenant comme l’une des banques centrales du monde occidental les plus optimistes sur la reprise post-pandémie, et les plus prêtes à cesser son intervention exceptionnelle.

Patrick Pierra