ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEURS ET
PROFESSIONNELS

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos bulletins d’information. Vous ne recevrez pas de courriels de partenaires commerciaux et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Le couvre-feu et l’école à distance prendront fin lundi

Publié le 13 janv. 2022
par Johanna Sabys

Le nouveau directeur national de santé publique Luc Boileau et François Legault (Source: Émilie Nadeau)

  • À partir de lundi, les Québécois pourront à nouveau quitter leur domicile entre 22h et 5h. Le deuxième couvre-feu de la pandémie était en vigueur depuis le 31 décembre.  
  • Les élèves du primaire et du secondaire pourront bien retourner en classe la semaine prochaine. Le Dr Luc Boileau, qui remplace depuis lundi le Dr Arruda au poste de directeur national de santé publique, a donné son premier feu vert. 

Le pic du nombre d’infections a été atteint il y a quelques jours, a indiqué François Legault. 

  • Les experts confirment que le nombre de nouveaux cas se stabilise, dit-il.  
  • Le pic du nombre d’hospitalisations pourrait, lui, être atteint dans les prochains jours. 

Les commerces rouvriront à nouveau le dimanche.

  • Ce dimanche 16 janvier sera le dernier dimanche de fermeture obligatoire des commerces. 

Le passeport vaccinal sera désormais exigé dans les grandes surfaces de 1500 m2 et plus. 

  • Il faudra donc avoir reçu 2 doses de vaccin pour y magasiner, en attendant que l’exigence passe à 3 doses. 
  • Les épiceries et les pharmacies ne sont pas concernées. 

L’opposition sera consultée sur la «contribution santé», assure Legault.  

  • Un projet de loi sur le sujet sera déposé dès la rentrée parlementaire, début février. 

La taxe ne s’appliquera pas aux «personnes mal-prises» comme les itinérants ou les Québécois qui ont des raisons médicales de refuser le vaccin, précise le premier ministre.  

  • Mais «pour les personnes qui choisissent de ne pas se faire vacciner, il y aura un prix à payer».
Johanna Sabys