ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEURS ET
PROFESSIONNELS

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos bulletins d’information. Vous ne recevrez pas de courriels de partenaires commerciaux et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Le maire de Québec demande à la CAQ de ne pas démoniser les transports en commun

Publié le 23 mars 2022
par Johanna Sabys

La maire de Québec Bruno Marchand (Source: Stéphane Audet / compte Facebook du maire)

  • Pour intégrer son tramway, la Ville de Québec veut mettre en place une rue partagée sur le boulevard René-Lévesque afin de sauver des arbres. 
  • Cette option privilégiée par la Ville aurait pour conséquence de réduire la circulation automobile sur une distance de 500 mètres, et allongerait le trajet des voitures qui se déplacent d’est en ouest. Le gouvernement Legault s’y oppose. 

Le gouvernement conditionne désormais son appui au projet à l’abandon de ces 500 mètres de rue partagée. 

Bruno Marchand doit arrêter «de polluer l’existence des conducteurs» avec ce projet, a dit le ministre Éric Caire, député de la Peltrie, dans la région de la Capitale-Nationale. 

La CAQ doit «s’élever», croit le maire de Québec

«Il y a une planète à sauver», a défendu mercredi Bruno Marchand lors d’un point de presse organisé pour répondre à l’ultimatum du gouvernement.   


L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent, par courriel, les deux bulletins de nouvelles quotidiens d’InfoBref. Essayez-les: abonnez-vous gratuitement ici ou cliquez sur Infolettres en haut à droite


À 6 mois des élections provinciales, le maire reproche au gouvernement Legault de nuire au projet de tramway de sa ville pour des raisons électoralistes.

  • Il assure que Québec est au courant de l’idée de rue partagée depuis des mois.
  • Cette option est appuyée, dit-il, par une majorité des habitants du secteur.

Marchand demande au gouvernement Legault de revenir sur sa position et de signer les décrets pour faire avancer le projet. 

Il dit qu’il a l’impression d’être «Astérix dans la maison des fous»: chaque fois que le projet avance enfin, le gouvernement ajoute une étape.

Johanna Sabys