ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Les personnes qui souffrent du «syndrome de l’imposteur» sont de bons employés

Mis à jour le 29 nov. 2021
par Agence Science-Presse

(Source: Christina @wocintechchat / Unsplash)

  • Ceux qui s’imaginent moins bons que la moyenne sont-ils, au contraire, bons en tout? Oui, le syndrome de l’imposteur serait bon pour la performance au travail. Ces employés ont tendance à en faire plus que ce qui leur est demandé, et ils auraient aussi de meilleures compétences interpersonnelles.
  • C’est ce qu’affirme une psychologue de l’École de gestion du Massachusetts Institute of Technology (MIT) dans une récente étude. 

Le terme «syndrome de l’imposteur» ou «phénomène de l’imposteur» a été utilisé pour la première fois en 1978. 

  • Deux psychologues étudiaient plusieurs femmes devenues célèbres dans leur métier respectif. 
  • Or, un grand nombre d’entre elles ne s’estimaient «pas très brillantes». Elles pensaient avoir monté les échelons grâce à la chance ou à des erreurs.

Les personnes qui souffrent du syndrome, explique la psychologue du MIT Basima Tewfik:  

  • s’estiment moins bonnes que la moyenne – elles ont d’ailleurs souvent un niveau d’anxiété plus élevé et une plus faible estime de soi; mais
  • tendent à faire de meilleures employés parce qu’elles sont plus collaboratives, plus empathiques et plus agréables.

L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent, par courriel, les deux bulletins de nouvelles quotidiens d’InfoBref. Simples, clairs et utiles. Faites comme plus de 10 000 Québécois·es, essayez-les: abonnez-vous gratuitement ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


Ce syndrome affecte les femmes et les hommes dans de multiples professions – même si plusieurs études suggèrent qu’il est plus fréquent chez les femmes. 

Pour son étude, la chercheuse du MIT a mesuré le niveau du syndrome à l’aide d’un questionnaire rempli par 155 employés de firmes d’investissement américaines. 

  • Elle a ensuite soumis aux superviseurs des employés un autre questionnaire.  

Basima Tewfik a conclu de leurs réponses que «les gens avec un syndrome de l’imposteur sont ceux avec qui vous aimeriez travailler».

Agence Science-Presse