ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES, PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et chaque samedi:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

Réseau Québec? Québec solidaire veut créer une société publique pour rattraper le retard numérique en région et faire baisser les prix

Publié le 27 janv. 2021
par Johanna Sabys
  • Québec solidaire propose de doter le Québec d’une société publique, appelée Réseau Québec, qui serait chargée d’installer des infrastructures de fibre optique et de réseau cellulaire sur tout le territoire.
  • La priorité de Réseau Québec serait d’abord de brancher les régions encore mal ou non desservies par un réseau haut débit (100 Mb/s). 

Avec le virage numérique effectué pendant la pandémie, un accès à Internet est aujourd’hui essentiel pour travailler, étudier et rester en contact avec ses proches.

Or, 340 000 foyers québécois sont encore privés d’une connexion à haute vitesse. 

Selon la porte-parole de QS Manon Massé, un «joueur» public est nécessaire pour raccorder rapidement ces foyers.

  • «Attendre après les [entreprises de] télécoms, dit-elle dans un communiqué, c’est mettre une croix sur la relance économique de nos régions.»

L’objectif: créer de la compétition et mettre fin au «cartel des télécoms».

  • Il ne s’agit pas de nationaliser ni de créer un Internet d’État, dit Manon Massé.
  • Réseau Québec travaillerait avec de nombreux fournisseurs indépendants locaux.

QS croit qu’un acteur public pourrait faire baisser les prix.

  • Amener de la compétition dans le secteur et raccorder tous les foyers non desservis sans chercher à faire de profit pourraient, selon QS, réduire la facture des consommateurs de 30%.

Le coût: QS prévoit un «premier investissement de 1 milliard $», y compris les sommes déjà annoncées par le gouvernement Legault.

En 2018, la CAQ avait promis de fournir le haut débit à tous les Québécois dès 2022. Mais en novembre dernier, l’objectif du gouvernement a été repoussé à 2026. 

De son côté, le gouvernement fédéral a bonifié son budget. Mais, même avec 1,75 milliard $, Ottawa pourrait peiner à brancher les régions éloignées au Canada à une connexion Internet haute vitesse fiable.

Johanna Sabys