ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEURS ET
PROFESSIONNELS

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Réseau national de garderies: le Québec s’attend à être compensé par Ottawa «sans condition»

Publié le 20 avr. 2021
par Johanna Sabys

François Legault (Source: Twitter)

  • Le gouvernement Legault calcule que son homologue fédéral devrait verser 6 milliards $ sur cinq ans pour compenser le Québec, qui possède déjà un service de garderies publiques à faible coût.
  • Une partie de cette somme devrait permettre de créer des places supplémentaires en garderies. Mais François Legault indique qu’une partie de l’argent fédéral sera utilisée pour «régler» les problèmes financiers de son gouvernement. 

La ministre des Finances du Canada Chrystia Freeland a annoncé hier en déposant son budget la création d’un programme canadien de garderies

Selon les calculs du ministre québécois des Finances Eric Girard, la «juste part» promise à Québec par Justin Trudeau s’élèverait à 6 milliards $ sur cinq ans.

Cette compensation sera «sans condition», assure Eric Girard.

  • «Nous avons déjà des services de garde subventionnés à un tarif inférieur à ce qu’ils visent au fédéral.»
  • «J’ai parlé à Mme Freeland avant son budget, dit-il, nous sommes l’inspiration de leur programme, il n’y a pas de négociation à faire.»

Le Québec est libre d’utiliser l’argent fédéral comme il l’entend, affirme François Legault.

  • Il précise que l’offre de service de garde sera «complétée» grâce à la contribution fédérale.
  • Mais il dénonce «cette mauvaise habitude de Justin Trudeau de vouloir jouer au papa avec les provinces» et de ne pas, selon lui, respecter leurs champs de compétence.

Justin Trudeau dit que son gouvernement est ouvert et flexible.

  • Ottawa ne s’attend pas à ce que chaque dollar soit utilisé pour les garderies, a dit Trudeau hier: «il y a aussi d’autres besoins pour les familles québécoises».
  • Selon lui, un accord devrait être trouvé avec Québec «dans les jours, ou les semaines à venir». 


Johanna Sabys