ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEURS ET
PROFESSIONNELS

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos bulletins d’information. Vous ne recevrez pas de courriels de partenaires commerciaux et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Réfugiés ukrainiens: le Bloc dénonce le chaos administratif pour rejoindre le Canada

Publié le 28 mars 2022
par Johanna Sabys

Le député bloquiste Alexis Brunelle-Duceppe (Source: capture d’écran)

  • En 10 jours, plus de 60 000 Ukrainiens ont demandé une autorisation de voyage d’urgence pour obtenir un statut qui leur permet de travailler et d’étudier au Canada pendant 3 ans.  
  • Or, le programme fédéral plongerait les Ukrainiens dans un «chaos administratif sans fin» qui les empêche de se réfugier au Canada, déplore le député du Bloc québécois Alexis Brunelle-Duceppe.

Le gouvernement fédéral se dit prêt à accueillir un nombre illimité d’Ukrainiens qui fuient les combats dans leur pays. 

  • Depuis le 17 mars, le ministère de l’Immigration dit traiter les demandes des Ukrainiens en priorité. 

Toutefois, un seul centre en Pologne permet actuellement aux Ukrainiens de fournir leurs visas et leurs données biométriques, qui sont les documents demandés pour obtenir l’autorisation. 

  • Les réfugiés doivent fuir jusqu’en Slovaquie ou au Portugal pour «contourner l’incompétence» du gouvernement fédéral, a dénoncé lundi à la Chambre des communes Alexis Brunelle-Duceppe. 

L’autorisation de voyage d’urgence est «un échec», selon le bloquiste. 

Brunelle-Duceppe réclame plutôt une passerelle aérienne pour permettre aux réfugiés de rejoindre plus rapidement le Canada.

Le gouvernement fédéral n’exclut pas cette option. 

  • Il y a 2 semaines, Justin Trudeau a indiqué que son gouvernement pourrait affréter des vols nolisés pour évacuer les Ukrainiens.

Selon l’Agence des services frontaliers, près de 12 000 Ukrainiens, dont des résidents permanents canadiens, sont arrivés au pays depuis le 1er janvier, dont plus de 6000 entre le 21 février et le 27 mars.

Johanna Sabys